L'incident dramatique s'est produit le 28 juin 2017 dans une école londonienne. Karanbir Singh Cheema, 13 ans, est tombé inconscient 10 minutes après avoir reçu un morceau de fromage dans le cou. L'enquête a lieu cette semaine devant le tribunal de Saint-Pancras à Londres, rapporte le Guardian.

Le Dr Adam Fox, un pédiatre consultant de l'enquête a déclaré devant le tribunal de Saint-Pancras sur la mort de Karan que le choc anaphylactique provoqué par un contact cutané était "extraordinairement inhabituel" et qu'il n'en avait jamais entendu parler. Pour les personnes allergiques, le choc anaphylactique est une réaction soudaine et dangereuse du corps lorsqu'il est mis en contact avec l'allergène et peut entrainer la mort.

"Les réactions allergiques graves par contact avec la peau sont très rares... si c'était uniquement le contact avec la peau qui a causé, dans ce cas, une anaphylaxie mortelle, je pense que ce serait sans précédent... je ne l'avais jamais vu auparavant. Je n'ai pu voir aucun cas rapporté d'anaphylaxie mortelle", a-t-il le docteur Fox devant le tribunal.

Il a déclaré avoir consulté des publications internationales et nationales et avoir découvert des exemples antérieurs de contact avec un allergène par la peau, entraînant des "bronchospasmes" (est une diminution rapide et involontaire du calibre des bronches qui peut entrainer une détresse respiratoire aigüe), mais pas de décès.

Le consultant a déclaré que la rareté de l'événement laissait penser qu'il pourrait y avoir d'autres facteurs en jeu. Karan souffrait également d'asthme et d'eczéma chronique.

Mais Fox a expliqué que le fait que Karan se grattait le cou après que le fromage lui ait été jeté par un élève lui donnait à penser qu'il avait subi un choc anaphylactique à la suite du contact avec les aliments, ce dernier étant connu pour être le point d'impact.

Fox a ajouté que les griffures de Karan, qui selon d'autres témoins étaient si frénétiques qu'elles saignaient, auraient pu également aggraver la réaction allergique. "Des égratignures et des dégradations de la barrière cutanée auraient pu conduire à un contact ultérieur [avec l'allergène]", a-t-il déclaré.

Il a ajouté que le nombre élevé de pollen ce jour-là aurait également pu avoir un effet néfaste sur Karan. Le fait d'être asiatique, un garçon et un adolescent augmenteraient également les risques de réactions allergiques graves.

Fox a aussi suggéré que l'EpiPen (dispositif auto-injecteur d'adrénaline) donné à Karan aurait pu être administré plus tôt, bien qu'il ait dit que cela ne visait pas à critiquer le personnel de l'école qui a essayé de l'aider. "Si quelqu'un vous dit qu'il a besoin de son inhalateur, c'est un signe très clair que vous devez utiliser l'EpiPen", a-t-il déclaré.

La médecin légiste, Mary Hassell a décrit la réaction d'Alexandra Ulrich, l'ambulancière, comme "un peu paniquée". Elle a fait cette observation après qu'Ulrich eut déclaré au tribunal qu'elle n'avait pas établi que Karan avait eu une réaction allergique avant de l'avoir sorti de l'ambulance à l'hôpital.

Ulrich, a déclaré qu'elle aurait fait les choses différemment si elle avait été mise au courant plus tôt du contact avec un allergène. Cependant, le Dr Andrew Jones, consultant en pédiatrie à l'hôpital Great Ormond Street, où Karan est décédé 10 jours plus tard, a déclaré qu'il ne pensait pas que les chances de survie de l'écolier auraient été différentes.

Karan est décédé après que ses parents aient accepté de supprimer progressivement les médicaments qui le maintenaient en vie. La cause du décès était une grave lésion cérébrale hypoxique globale et une anaphylaxie.

Le garçon qui a lancé le fromage et un autre élève qui lui avait passé le fromage, tous deux âgés de 13 ans à l'époque, ont déclaré qu'ils n'étaient pas au courant que Karan était allergique au lactose.

Cependant, Alice Hudson, directrice générale du Twyford Trust, qui comprend l'école William Perkin, a confié à l'enquête: "J'estime que ses allergies liées au pain et au fromage étaient très bien connues de tous".

Après les déclarations de clôture, la médecin légiste a annoncé qu'elle présenterait ses conclusions vendredi prochain.