Le président du Conseil italien accueillera Mme Merkel et M. Hollande lundi à Naples avant une rencontre à trois prévue sur l'île de Ventotene, au large des côtes italiennes entre Rome et Naples, a précisé un communiqué du gouvernement italien.

M. Renzi a choisi cette île, qui a servi de prison à l'un des pères fondateurs de l'Europe, pour souligner la nécessité d'un nouveau départ pour l'Union européenne, après le coup de tonnerre du Brexit, la décision prise par les Britanniques de quitter l'UE.

L'île de Ventotene a servi au régime fasciste italien entre 1941 et 1943 de lieu d'exil des opposants politiques, dont l'ex-président italien Sandro Pertini et Altiero Spinelli, un homme politique considéré comme l'un des pères fondateurs de l'UE. M. Renzi veut faire de cette prison, aujourd'hui partiellement délabrée, un lieu de recherches pour de jeunes européens.

Le Brexit et ses conséquences sur l'avenir de l'UE ont très vite rassemblé les dirigeants français, italien et allemand.

Le président Hollande, la chancelière allemande et le chef du gouvernement italien avaient ainsi appelé le 27 juin à Berlin à une "nouvelle impulsion" pour l'Europe.

Leur réunion lundi en Méditerranée intervient trois semaines avant un sommet européen jugé crucial sur l'avenir de l'Europe, le 16 septembre à Bratislava en Slovaquie.

Le Brexit "est une défaite politique" pour l'Europe et doit représenter "une gigantesque sonnerie de réveil" pour l'UE qui doit se réformer rapidement, avait ainsi affirmé fin juillet M. Renzi.

Le président français avait de son côté effectué une tournée européenne post-Brexit qui l'avait conduit à Prague, Lisbonne et Dublin.

A l'issue de leur entretien, les trois dirigeants européens donneront une conférence de presse sur le porte-avions Garibaldi, navire amiral de la marine militaire italienne.

Le président du Conseil italien accueillera Mme Merkel et M. Hollande lundi à Naples avant une rencontre à trois prévue sur l'île de Ventotene, au large des côtes italiennes entre Rome et Naples, a précisé un communiqué du gouvernement italien. M. Renzi a choisi cette île, qui a servi de prison à l'un des pères fondateurs de l'Europe, pour souligner la nécessité d'un nouveau départ pour l'Union européenne, après le coup de tonnerre du Brexit, la décision prise par les Britanniques de quitter l'UE. L'île de Ventotene a servi au régime fasciste italien entre 1941 et 1943 de lieu d'exil des opposants politiques, dont l'ex-président italien Sandro Pertini et Altiero Spinelli, un homme politique considéré comme l'un des pères fondateurs de l'UE. M. Renzi veut faire de cette prison, aujourd'hui partiellement délabrée, un lieu de recherches pour de jeunes européens. Le Brexit et ses conséquences sur l'avenir de l'UE ont très vite rassemblé les dirigeants français, italien et allemand. Le président Hollande, la chancelière allemande et le chef du gouvernement italien avaient ainsi appelé le 27 juin à Berlin à une "nouvelle impulsion" pour l'Europe. Leur réunion lundi en Méditerranée intervient trois semaines avant un sommet européen jugé crucial sur l'avenir de l'Europe, le 16 septembre à Bratislava en Slovaquie. Le Brexit "est une défaite politique" pour l'Europe et doit représenter "une gigantesque sonnerie de réveil" pour l'UE qui doit se réformer rapidement, avait ainsi affirmé fin juillet M. Renzi. Le président français avait de son côté effectué une tournée européenne post-Brexit qui l'avait conduit à Prague, Lisbonne et Dublin. A l'issue de leur entretien, les trois dirigeants européens donneront une conférence de presse sur le porte-avions Garibaldi, navire amiral de la marine militaire italienne.