Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin est tombé. Trente ans plus tard, quel regard portez-vous sur cet événement?
...

Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin est tombé. Trente ans plus tard, quel regard portez-vous sur cet événement?Mikhaïl Gorbatchev : Ma vision de l'unité allemande n'a pas changé. La réunification de l'Allemagne est l'une de mes principales réalisations. Cela a eu une grande importance dans la vie de beaucoup de gens. Je pense que c'est une journée très heureuse et j'admire tous ceux qui ont participé aux événements.La chute du Mur était-elle une surprise pour vous ?Non. Nous avons suivi de près les événements en République démocratique allemande. Le désir de changement était omniprésent dans tout le pays. Début octobre 1989, lors des célébrations du 40e anniversaire de la RDA, j'ai vu comment les jeunes du parti communiste (NDLR : le SED) ont exprimé leur soutien à notre perestroïka et ont scandé "Gorbatchev, aidez-nous !". Dans les grandes villes de la RDA, des manifestations spontanées ont lieu, auxquelles participaient chaque jour des masses plus importantes. Et vous avez vu de plus en plus de bannières portant l'inscription "Nous sommes un seul peuple !". Le 18 octobre, le chef du parti Erich Honecker a dû démissionner, Egon Krenz lui a succédé. Mais les réformes sont arrivées trop tard. Lors de la réunion de notre Politburo le 3 novembre, une semaine avant la chute du Mur, le président du Comité de la sécurité d'État a déclaré: "Demain, un demi-million de personnes descendront dans les rues de Berlin et d'autres villes...".Quelles réactions possibles avez-vous envisagées?Personne ne doutait que les Allemands avaient le droit de décider de leur propre destin. Mais les intérêts des pays voisins et de la communauté internationale doivent également être pris en compte. Ma tâche principale était de m'assurer qu'il n'y avait pas de violence. Nous avons mené des négociations intensives avec le chancelier Helmut Kohl, avec Krenz, avec les Américains et avec les plus importants dirigeants européens. Le désir des Allemands de se réunir ne devait pas aboutir à une nouvelle Guerre froide.Le commandement de l'armée de l'Allemagne de l'Est ou votre ambassadeur à Berlin-Est souhaitait-il une intervention militaire ?Nous avons parlé aux dirigeants politiques de la RDA. Il n'y a jamais eu de contacts directs avec l'armée. Les ordres de notre ambassadeur étaient de nous informer le plus précisément possible sur les événements dans le pays et de ne pas imposer d'exigences.Y a-t-il eu des votes pour reconstruire le Mur après le 9 novembre ?Je ne sais pas. Mais je n'exclus pas la possibilité que quelques personnes inconscientes ou groupes marginaux aient eu une idée aussi ridicule. Quiconque veut ainsi ralentir un développement historique agit comme quelqu'un qui s'allonge sur les rails pour arrêter le train.On vous a demandé de fermer la frontière et d'envoyer des soldats ?Quelle frontière aurions-nous dû fermer ? Vers où les soldats auraient-ils dû marcher ? À l'époque, il y avait 380 000 soldats soviétiques sur le territoire de la RDA. Ils ont suivi les ordres de se tenir à l'écart.Avec la chute de la RDA, Moscou a perdu l'un de ses plus fidèles alliés. Pourquoi avez-vous laissé cela se produire alors que vous avez agi beaucoup plus durement dans d'autres endroits? En 1991, par exemple, les manifestations pour l'indépendance de la Lituanie ont été brutalement réprimées.Nous voyions dans la République fédérale d'Allemagne un pays qui s'était engagé sur la voie de la démocratie après l'effondrement du régime hitlérien. Aujourd'hui, comme il y a trente ans, la réunification est considérée comme la réalisation d'un voeu cher aux citoyens de l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest. Autant que je puisse en juger d'après les nombreuses lettres, ils sont toujours reconnaissants à la Russie pour son soutien à l'époque. Vous me reprochez le carnage en Lettonie et en Lituanie. Bien sûr, en tant que président, j'étais responsable de tout ce qui s'est passé là-bas. Mais si vous étudiez les documents officiels de cette époque, vous constaterez que je me suis toujours efforcé de trouver une solution politique aux conflits.Lorsque vous êtes arrivé au pouvoir en 1985, vous avez fait remarquer aux États du Bloc de l'Est qu'ils devaient être capables de se débrouiller seuls, indépendamment de l'appui de Moscou. Pensiez-vous alors que tôt ou tard le Mur entre l'Est et l'Ouest allait tomber ?Pensez-vous vraiment que le Mur entre l'Est et l'Ouest était notre idéal ? Un modèle pour l'avenir ? Nous avons créé la perestroïka pour sortir notre pays de l'impasse. Si nous voulions ramener le pays à la prospérité, nous devions avoir de bonnes relations non seulement avec les pays voisins, mais avec le monde entier. On n'avait pas besoin du rideau de fer. Nous voulions abattre les murs de méfiance entre l'Est et l'Ouest, tous les murs entre les pays, les peuples et les personnes.Vous avez étudié les idées du marxisme-léninisme. Pourquoi avez-vous défendu le droit à l'autodétermination des nations ? Pourquoi c'est justement un marxiste qui a permis la chute du Mur?Vous semblez avoir oublié ce que Marx, Engels et Lénine ont écrit. Ou vous ne les avez jamais lus ? Je vous donne une citation célèbre : "Un peuple qui opprime d'autres peuples ne peut jamais s'émanciper." Lénine a écrit un essai en 1914 intitulé Le droit à l'auto-détermination. Après la Révolution d'octobre, il s'est disputé avec Staline. Sous Staline, l'Union soviétique était un État très strictement centralisé. Nos alliés d'Europe de l'Est étaient également sous le contrôle strict de Moscou. Pendant les années de la perestroïka, nous avons aboli cette "doctrine de la souveraineté limitée". Quand j'ai dit aux dirigeants d'Europe de l'Est qu'ils étaient indépendants dans leurs décisions, beaucoup d'entre eux ne m'ont pas cru. Mais nous avons joint le geste à la parole. C'est pourquoi nous ne nous sommes pas mêlés de la réunification de l'Allemagne.Vous avez offert la réunification aux Allemands, mais peu après, vous avez vous-même été mis de côté et l'Union soviétique s'est effondrée. Quel regard portez-vous sur ces événements?Vous pourriez aussi bien me demander si je regrette la perestroïka. Non, je ne la regrette pas. On ne peut pas continuer comme avant. Et une partie essentielle de la perestroïka était la nouvelle politique étrangère. Cela inclut les valeurs universelles ainsi que le désarmement nucléaire et les élections libres. Nous ne pouvions pas refuser à nos voisins - les Allemands, les Tchèques, les Slovaques, les Hongrois - les droits et les libertés que nous avons accordés à notre propre peuple. Quand nous avons commencé la perestroïka, nous savions que nous prenions un risque. Mais toute la direction du parti a convenu qu'un changement était nécessaire. La fin de la perestroïka et l'effondrement de l'Union soviétique peuvent être attribués à ceux qui ont planifié le coup d'État d'août 1991 et qui ont ensuite profité de la position affaiblie du président.Vivons-nousaujourd'hui dans un monde meilleur que pendant la Guerre froide ?Je n'ai aucune nostalgie de la Guerre froide. Je ne souhaite à personne le retour de cette époque. Cependant, nous devons admettre qu'après la fin de la Guerre froide, les dirigeants n'ont pas réussi à construire une nouvelle structure de sécurité en Europe. Cela a créé de nouvelles lignes de démarcation qui, depuis l'élargissement de l'OTAN à l'Est, longent la frontière avec la Russie.Les relations entre la Russie et l'Occident ne sont-elles pas aussi mauvaises qu'elles l'étaient pendant la Guerre froide ?Si vous continuez à répéter les mêmes exigences comme un mantra, vous n'arriverez à rien. Toutefois, certains éléments indiquent que l'Occident et la Russie comprennent qu'ils doivent se parler davantage. La rhétorique change lentement. C'est peut-être un premier pas. Bien sûr, nous avons encore un long chemin à parcourir avant que la confiance ne soit rétablie. Je suis convaincu que nous devons d'abord parler des armes nucléaires. J'ai récemment appelé toutes les puissances nucléaires à rédiger une déclaration commune contre la guerre nucléaire. C'est également la raison pour laquelle les négociations entre la Russie et les États-Unis doivent reprendre et qu'il faut consulter les autres puissances nucléaires du monde.En Europe, de nombreuses personnes s'inquiètent de l'évolution politique en Russie. Votre pays semble avoir renoncé à la perestroïka.Je ne crois pas que la situation soit aussi dramatique que vous le dites. Les Russes voient vraiment à quel point leur pays a progressé. Mais nous sommes maintenant confrontés à un nouveau défi : la mondialisation. La Russie a une histoire mouvementée, du servage à la dictature stalinienne. Dans les années 1980, nous nous sommes engagés sur la voie de la réforme. Des erreurs ont été commises et les choses ont mal tourné. Vous pouvez discuter du chemin que nous avons parcouru sur la voie d'une véritable démocratie, mais nous ne reviendrons jamais à un système totalitaire.