Au total, 28 enfants et 25 adultes, dont 6 femmes et 19 hommes, ont été retrouvés, venus d'Amérique centrale et principalement du Honduras, précise dans un communiqué le secrétariat à la Sécurité publique de l'Etat de Tabasco.

Les migrants ont indiqué avoir manqué d'air et d'eau et "ne savaient pas depuis combien de temps ils étaient enfermés". Les autorités locales ont saisi l'Institut national des migrations pour déterminer leur situation légale.

Plus de 500.000 personnes traversent chaque année illégalement la frontière sud du Mexique pour tenter ensuite d'aller aux Etats-Unis, selon des chiffres de l'ONU.

Nombre d'entre elles fuient la violence et la pauvreté au Guatemala, au Salvador et au Honduras. Durant leur passage au Mexique, elles sont souvent victimes d'abus de la part de bandes criminelles et de trafiquants d'êtres humains.

Fin mars, une caravane de migrants centraméricains avait attiré l'attention internationale alors que le président américain Donald Trump, furieux, avait exigé des autorités mexicaines qu'elles les arrêtent et était allé jusqu'à envoyer des militaires à la frontière pour les bloquer.

Au total, 28 enfants et 25 adultes, dont 6 femmes et 19 hommes, ont été retrouvés, venus d'Amérique centrale et principalement du Honduras, précise dans un communiqué le secrétariat à la Sécurité publique de l'Etat de Tabasco.Les migrants ont indiqué avoir manqué d'air et d'eau et "ne savaient pas depuis combien de temps ils étaient enfermés". Les autorités locales ont saisi l'Institut national des migrations pour déterminer leur situation légale.Plus de 500.000 personnes traversent chaque année illégalement la frontière sud du Mexique pour tenter ensuite d'aller aux Etats-Unis, selon des chiffres de l'ONU.Nombre d'entre elles fuient la violence et la pauvreté au Guatemala, au Salvador et au Honduras. Durant leur passage au Mexique, elles sont souvent victimes d'abus de la part de bandes criminelles et de trafiquants d'êtres humains.Fin mars, une caravane de migrants centraméricains avait attiré l'attention internationale alors que le président américain Donald Trump, furieux, avait exigé des autorités mexicaines qu'elles les arrêtent et était allé jusqu'à envoyer des militaires à la frontière pour les bloquer.