"Du sang non, des larmes non plus, des sacrifices peut-être". Voilà ce qui attend les Italiens, prévient Mario Monti. Le successeur de Silvio Berlusconi a déclaré lors d'une conférence de presse ce lundi que les Italiens vont devoir faire "peut-être des sacrifices", dans le cadre des mesures nécessaires pour sortir le pays de la crise. L'économiste a également réclamé "du temps" aux marchés.
Le futur chef du gouvernement italien a déclaré lundi que le gouvernement qu'il s'apprête à former devrait durer jusqu'à 2013. "Une durée déterminée à l'avance enlèverait toute crédibilité au gouvernement, je n'accepterais pas une limite dans le temps", a dit l'ex-commissaire européen, alors que certaines formations politiques réclament des élections anticipées avant le terme normal de 2013.

Selon la Constitution italienne, Mario Monti doit former un gouvernement et obtenir la confiance des deux chambres du parlement dans un délai de dix jours avant de prendre officiellement ses fonctions.

Levif.be, avec Lexpress.fr

"Du sang non, des larmes non plus, des sacrifices peut-être". Voilà ce qui attend les Italiens, prévient Mario Monti. Le successeur de Silvio Berlusconi a déclaré lors d'une conférence de presse ce lundi que les Italiens vont devoir faire "peut-être des sacrifices", dans le cadre des mesures nécessaires pour sortir le pays de la crise. L'économiste a également réclamé "du temps" aux marchés. Le futur chef du gouvernement italien a déclaré lundi que le gouvernement qu'il s'apprête à former devrait durer jusqu'à 2013. "Une durée déterminée à l'avance enlèverait toute crédibilité au gouvernement, je n'accepterais pas une limite dans le temps", a dit l'ex-commissaire européen, alors que certaines formations politiques réclament des élections anticipées avant le terme normal de 2013. Selon la Constitution italienne, Mario Monti doit former un gouvernement et obtenir la confiance des deux chambres du parlement dans un délai de dix jours avant de prendre officiellement ses fonctions. Levif.be, avec Lexpress.fr