La légalisation de la marijuana n'a pas simplement été votée dans le simple but de faire plaisir aux usagers de la drogue. Les gouvernements avaient un autre objectif en tête : éliminer la concurrence illégale. Néanmoins, leur plan ne semble pas se passer comme prévu puisque les marchés noirs continuent de prospérer en raison de certaines ambiguïtés politiques.

En Californie par exemple, la situation juridique est assez complexe. En effet, la consommation de marijuana et de cannabis est autorisée, mais seul le cannabis peut être vendu légalement. Cette juridiction pousse les consommateurs à passer par le marché gris pour obtenir de la marijuana.

L'émergence des "marchés gris", sous-catégorie du marché noir, fait partie des problèmes principaux auxquels font face les gouvernements et même les vendeurs légaux. Un marché gris est marché dans lequel des marchandises légales sont vendues via des moyens légaux, mais dont la vente n'est autorisée par les fabricants ou le propriétaire. En Californie, où le marché de la marijuana est le plus complexe, les compagnies dites illégales la vendent sans passer par un quelconque processus pour obtenir une licence de vente. Beaucoup de ces entreprises cherchaient également à éviter les exonérations et les taxes. "Etant donné que ces compagnies ne respectent pas la réglementation complexe qui couvre toutes les procédures (sécurité, tests de produits, etc.), elles peuvent vendre leurs produits jusqu'à 50% moins cher que les compagnies légales", explique Bryce Berryessa, directeur de La Viva Verde, une entreprise légale de cannabis californienne.

Les compagnies illégales sont également difficiles à repérer, car elles arrivent à se dissimuler en imitant les produits des marques légales.

Endiguer le problème

Le gouverneur de la Californie, Gavin Newson, souhaite à tout prix mettre un terme à ce marché gris : il souhaite renforcer la sécurité dans la région où les plantes sont cultivées. De plus, les législateurs de l'état ont proposé de diminuer les taxes imposées aux compagnies légales. Malheureusement, ces actions ne permettront pas de résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les business réguliers.

Si les consommateurs ne peuvent pas acheter légalement de la marijuana, ils seront obligés de passer par un marché gris. "Des centaines, voire des milliers de compagnies qui cherchaient à se régulariser, sont obligées d'interagir avec cette plateforme illégale (marché gris) existante depuis des décennies ", ajoute Bryce Berryessa. La Californie n'est pas la seule à souffrir de cette compétition. Légalisée au Canada depuis le 17 octobre 2018, la vente de marijuana crée aussi quelques problèmes. Quelques semaines après sa légalisation, le pays souffrait déjà d'une pénurie. Les marchés gris ont profité de celle-ci pour s'imposer.

A l'heure actuelle, beaucoup de pays font face à ce genre de problèmes. La législation n'est pas encore assez détaillée pour gérer de manière efficace le marché légal de marijuana.

Thomas Bagnoli

La légalisation de la marijuana n'a pas simplement été votée dans le simple but de faire plaisir aux usagers de la drogue. Les gouvernements avaient un autre objectif en tête : éliminer la concurrence illégale. Néanmoins, leur plan ne semble pas se passer comme prévu puisque les marchés noirs continuent de prospérer en raison de certaines ambiguïtés politiques.En Californie par exemple, la situation juridique est assez complexe. En effet, la consommation de marijuana et de cannabis est autorisée, mais seul le cannabis peut être vendu légalement. Cette juridiction pousse les consommateurs à passer par le marché gris pour obtenir de la marijuana. L'émergence des "marchés gris", sous-catégorie du marché noir, fait partie des problèmes principaux auxquels font face les gouvernements et même les vendeurs légaux. Un marché gris est marché dans lequel des marchandises légales sont vendues via des moyens légaux, mais dont la vente n'est autorisée par les fabricants ou le propriétaire. En Californie, où le marché de la marijuana est le plus complexe, les compagnies dites illégales la vendent sans passer par un quelconque processus pour obtenir une licence de vente. Beaucoup de ces entreprises cherchaient également à éviter les exonérations et les taxes. "Etant donné que ces compagnies ne respectent pas la réglementation complexe qui couvre toutes les procédures (sécurité, tests de produits, etc.), elles peuvent vendre leurs produits jusqu'à 50% moins cher que les compagnies légales", explique Bryce Berryessa, directeur de La Viva Verde, une entreprise légale de cannabis californienne. Les compagnies illégales sont également difficiles à repérer, car elles arrivent à se dissimuler en imitant les produits des marques légales. Endiguer le problèmeLe gouverneur de la Californie, Gavin Newson, souhaite à tout prix mettre un terme à ce marché gris : il souhaite renforcer la sécurité dans la région où les plantes sont cultivées. De plus, les législateurs de l'état ont proposé de diminuer les taxes imposées aux compagnies légales. Malheureusement, ces actions ne permettront pas de résoudre les problèmes auxquels sont confrontés les business réguliers.Si les consommateurs ne peuvent pas acheter légalement de la marijuana, ils seront obligés de passer par un marché gris. "Des centaines, voire des milliers de compagnies qui cherchaient à se régulariser, sont obligées d'interagir avec cette plateforme illégale (marché gris) existante depuis des décennies ", ajoute Bryce Berryessa. La Californie n'est pas la seule à souffrir de cette compétition. Légalisée au Canada depuis le 17 octobre 2018, la vente de marijuana crée aussi quelques problèmes. Quelques semaines après sa légalisation, le pays souffrait déjà d'une pénurie. Les marchés gris ont profité de celle-ci pour s'imposer. A l'heure actuelle, beaucoup de pays font face à ce genre de problèmes. La législation n'est pas encore assez détaillée pour gérer de manière efficace le marché légal de marijuana.Thomas Bagnoli