Sur les 1.770 km de côtes libyennes, les départs de clandestins n'ont cessé de s'intensifier depuis que le pays est tombé dans le chaos, miné par la lutte au pouvoir --deux gouvernements et Parlements-- et meurtri par les combats, laissant les mains libres aux passeurs.

Ces côtes ne sont situées qu'à un peu plus de 300 km de l'île italienne de Lampedusa, que des centaines de migrants venus d'Afrique, de Syrie ou d'autres zones de conflit tentent chaque semaine d'atteindre.

"Les conditions épouvantables pour les migrants, ajoutées à la spirale de l'anarchie et des conflits armés, montrent à quel point la vie est dangereuse aujourd'hui en Libye", souligne Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty.

Les violences touchent à la fois les réfugiés et "les communautés de migrants vivant et travaillant depuis des années" dans le pays, souligne Amnesty dans son rapport intitulé "La Libye est pleine de cruauté".

Des femmes ont fait état d'abus sexuels, l'une disant avoir été victime en arrivant à Sebha (600 km au sud de Tripoli) d'un "viol en réunion" commis devant son époux par 11 hommes.

Des réfugiés syriens ont raconté que les passeurs les avaient transportés dans des camions frigorifiques mal ventilés, et que "deux enfants avaient commencé à suffoquer".

Face à cette situation, Amnesty a exhorté l'Union européenne à lutter contre les passeurs tout en déployant des navires de sauvetage supplémentaires en Méditerranée.

L'ONG a également appelé la Tunisie et l'Egypte à assouplir les restrictions à leurs frontières avec la Libye, pour offrir un abri aux migrants.

Amnesty s'est par ailleurs élevé contre l'enfermement des clandestins dans des centres de rétention en Libye dans d'horribles conditions.

Sur les 1.770 km de côtes libyennes, les départs de clandestins n'ont cessé de s'intensifier depuis que le pays est tombé dans le chaos, miné par la lutte au pouvoir --deux gouvernements et Parlements-- et meurtri par les combats, laissant les mains libres aux passeurs. Ces côtes ne sont situées qu'à un peu plus de 300 km de l'île italienne de Lampedusa, que des centaines de migrants venus d'Afrique, de Syrie ou d'autres zones de conflit tentent chaque semaine d'atteindre. "Les conditions épouvantables pour les migrants, ajoutées à la spirale de l'anarchie et des conflits armés, montrent à quel point la vie est dangereuse aujourd'hui en Libye", souligne Philip Luther, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty. Les violences touchent à la fois les réfugiés et "les communautés de migrants vivant et travaillant depuis des années" dans le pays, souligne Amnesty dans son rapport intitulé "La Libye est pleine de cruauté". Des femmes ont fait état d'abus sexuels, l'une disant avoir été victime en arrivant à Sebha (600 km au sud de Tripoli) d'un "viol en réunion" commis devant son époux par 11 hommes. Des réfugiés syriens ont raconté que les passeurs les avaient transportés dans des camions frigorifiques mal ventilés, et que "deux enfants avaient commencé à suffoquer". Face à cette situation, Amnesty a exhorté l'Union européenne à lutter contre les passeurs tout en déployant des navires de sauvetage supplémentaires en Méditerranée. L'ONG a également appelé la Tunisie et l'Egypte à assouplir les restrictions à leurs frontières avec la Libye, pour offrir un abri aux migrants. Amnesty s'est par ailleurs élevé contre l'enfermement des clandestins dans des centres de rétention en Libye dans d'horribles conditions.