La nouvelle de l'échec collectif des étudiants a surpris le ministre de l'Enseignement libérien, Etmonia David-Tarpeh, au point que ce dernier demande quelques explications complémentaires au recteur de l'université rapporte la BBC. Pour l'université il n'y a pourtant guère de doute : c'est le manque d'enthousiasme et un anglais insuffisant qui sont à la base de ce taux d'échec.

La présidente Ellen Johnson Sirleaf, qui a reçu en 2011 le prix Nobel de la paix, a avoué il y a peu que le système éducatif dans son pays était pour le moins chaotique et qu'il restait encore énormément de choses à faire pour l'améliorer. Malgré ce constat établi, l'université n'avait pourtant encore jamais été confrontée au fait que pas un seul aspirant étudiant ne réussisse l'examen d'entrée.

La nouvelle de l'échec collectif des étudiants a surpris le ministre de l'Enseignement libérien, Etmonia David-Tarpeh, au point que ce dernier demande quelques explications complémentaires au recteur de l'université rapporte la BBC. Pour l'université il n'y a pourtant guère de doute : c'est le manque d'enthousiasme et un anglais insuffisant qui sont à la base de ce taux d'échec. La présidente Ellen Johnson Sirleaf, qui a reçu en 2011 le prix Nobel de la paix, a avoué il y a peu que le système éducatif dans son pays était pour le moins chaotique et qu'il restait encore énormément de choses à faire pour l'améliorer. Malgré ce constat établi, l'université n'avait pourtant encore jamais été confrontée au fait que pas un seul aspirant étudiant ne réussisse l'examen d'entrée.