Alors que la compagnie ferroviaire hollandaise NS déconseille aux Néerlandais de se rendre en Belgique, la SNCB a décidé de... doubler sa capacité de trains reliant la Belgique aux Pays-Bas, en particulier entre les provinces d'Anvers et de Roosendael.

Depuis plusieurs jours, les Néerlandais se rendent en effet massivement en Belgique, notamment à Anvers, pour faires leurs courses. Trains bondés, embouteillages, parkings surchargés... Un exode dû au reconfinement strict des Pays-Bas, décrété le 19 janvier dernier. Fermeture de tous les commerces dits non-essentiels, de l'horeca, des salles de concert, des cinémas, des salles de sport, des coiffeurs... Tout est fermé, au moins jusqu'au 14 janvier.

Mais les Hollandais ne semblent pas écouter les recommandations des autorités à ne pas franchir leurs frontières avec la Belgique mais aussi avec l'Allemagne. "S'il n'est pas raisonnable de se promener dans les rues commerçantes aux Pays-Bas, il ne l'est pas non plus à Anvers ou à Aix-la-Chapelle", a regretté mercredi le ministre de la Santé, Hugo de Jonge. Avant Noël, le Premier ministre Mark Rutte avait également adjoint ses concitoyens à rester sur le territoire.

Selon l'Institut national néerlandais de santé publique, le confinement aurait engendré des effets positifs, avec une baisse des hospitalisations passées de 256 la semaine dernière à 191 patients cette semaine. Les contaminations sont elles aussi en baisse, avec 9.213 cas positifs enregistrés mardi. Mais la "grande contagiosité" du variant Omicron, devenu majoritaire aux Pays-Bas, devrait conduire "à de nouvelles contaminations ces prochains jours", craignent les autorités sanitaires.

Encouragées par les escapades belges des Néerlandais ?

Alors que la compagnie ferroviaire hollandaise NS déconseille aux Néerlandais de se rendre en Belgique, la SNCB a décidé de... doubler sa capacité de trains reliant la Belgique aux Pays-Bas, en particulier entre les provinces d'Anvers et de Roosendael.Depuis plusieurs jours, les Néerlandais se rendent en effet massivement en Belgique, notamment à Anvers, pour faires leurs courses. Trains bondés, embouteillages, parkings surchargés... Un exode dû au reconfinement strict des Pays-Bas, décrété le 19 janvier dernier. Fermeture de tous les commerces dits non-essentiels, de l'horeca, des salles de concert, des cinémas, des salles de sport, des coiffeurs... Tout est fermé, au moins jusqu'au 14 janvier. Mais les Hollandais ne semblent pas écouter les recommandations des autorités à ne pas franchir leurs frontières avec la Belgique mais aussi avec l'Allemagne. "S'il n'est pas raisonnable de se promener dans les rues commerçantes aux Pays-Bas, il ne l'est pas non plus à Anvers ou à Aix-la-Chapelle", a regretté mercredi le ministre de la Santé, Hugo de Jonge. Avant Noël, le Premier ministre Mark Rutte avait également adjoint ses concitoyens à rester sur le territoire.Selon l'Institut national néerlandais de santé publique, le confinement aurait engendré des effets positifs, avec une baisse des hospitalisations passées de 256 la semaine dernière à 191 patients cette semaine. Les contaminations sont elles aussi en baisse, avec 9.213 cas positifs enregistrés mardi. Mais la "grande contagiosité" du variant Omicron, devenu majoritaire aux Pays-Bas, devrait conduire "à de nouvelles contaminations ces prochains jours", craignent les autorités sanitaires. Encouragées par les escapades belges des Néerlandais ?