Et si les indécis avaient dans leurs mains la clé du premier tour de l'élection présidentielle ? Selon le dernier sondage du centre de recherche de Sciences Po (Cevipof) réalisé pour Le Monde, l'indétermination des électeurs est un facteur marquant et inédit de cette campagne présidentielle. Pour cette enquête électorale, 11.601 personnes, toutes inscrites sur les listes électorales, ont été sondées. Parmi elles, 8.274 sont certaines de se rendre aux urnes dimanche prochain. Ce résultat laisse se profiler un niveau d'abstention aux alentours de 28%, soit un score similaire à celui de l'élection présidentielle d...

Et si les indécis avaient dans leurs mains la clé du premier tour de l'élection présidentielle ? Selon le dernier sondage du centre de recherche de Sciences Po (Cevipof) réalisé pour Le Monde, l'indétermination des électeurs est un facteur marquant et inédit de cette campagne présidentielle. Pour cette enquête électorale, 11.601 personnes, toutes inscrites sur les listes électorales, ont été sondées. Parmi elles, 8.274 sont certaines de se rendre aux urnes dimanche prochain. Ce résultat laisse se profiler un niveau d'abstention aux alentours de 28%, soit un score similaire à celui de l'élection présidentielle de 2002, note Le Monde. La sûreté du choix des électeurs est également un élément crucial. Si de plus en plus d'électeurs semblent affiner leur choix, plus d'un quart d'entre eux ne savent toujours pas pour quel candidat voter. Etant donné que les quatre principaux candidats se tiennent dans un mouchoir de poche, leurs votes pourraient être déterminants. Au fil des sondages, Benoît Hamon s'est fait distancer par ses concurrents, laissant se dessiner une course, très serrée et très incertaine, entre les quatre favoris de cette élection : François Fillon (Les Républicains), Marine Le Pen (Front National), Emmanuel Macron (En Marche !) et Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise). La dynamique actuelle semble pourtant davantage profiter aux challengers, rendant l'écart entre les candidats encore plus infime. Alors que Macron (23%) et Le Pen (22,5%) voient leurs intentions de vote diminuer par rapport aux sondages précédents, Fillon (19,5%) et Mélenchon (19%) bénéficient de quelques points de plus. Les autres sondages (Kantar Sofres, Elabe, Ifop...) placent les candidats dans le même ordre. Francetvinfo a par ailleurs réalisé un graphique, qui tient compte des marges d'erreur et des différents résultats (du 17 et 18 avril 2017), créditant les candidats des intentions de vote finales suivantes :