"C'est un pas en avant essentiel dans le respect de nos obligations financières" à l'égard de l'OMS "et il reflète notre engagement renouvelé à faire en sorte qu'elle bénéficie du soutien dont elle a besoin pour mener la réponse mondiale à la pandémie", a déclaré le ministre lors d'une visioconférence du Conseil de sécurité de l'Onu consacrée à la vaccination contre le Covid-19.

Le président américain Joe Biden est revenu sur le retrait de son pays de l'OMS dès les premières heures de son entrée en fonction. C'est Donald Trump, son prédécesseur, qui avait entamé cette sortie. Elle serait devenue officielle en juillet.

Une sortie américaine de l'organisation mondiale de la santé aurait été synonyme pour l'agence basée à Genève, en Suisse, de perte de son plus grand contributeur financier. Washington a fourni entre 400 et 500 millions de dollars par an au budget de l'organisme de près de 3 milliards de dollars.

Les Etats-Unis ont également récemment annoncé qu'ils rejoignaient le programme Covax de l'OMS, qui vise à un partage équitable des vaccins entre les pays riches et les pays pauvres.

"C'est un pas en avant essentiel dans le respect de nos obligations financières" à l'égard de l'OMS "et il reflète notre engagement renouvelé à faire en sorte qu'elle bénéficie du soutien dont elle a besoin pour mener la réponse mondiale à la pandémie", a déclaré le ministre lors d'une visioconférence du Conseil de sécurité de l'Onu consacrée à la vaccination contre le Covid-19. Le président américain Joe Biden est revenu sur le retrait de son pays de l'OMS dès les premières heures de son entrée en fonction. C'est Donald Trump, son prédécesseur, qui avait entamé cette sortie. Elle serait devenue officielle en juillet. Une sortie américaine de l'organisation mondiale de la santé aurait été synonyme pour l'agence basée à Genève, en Suisse, de perte de son plus grand contributeur financier. Washington a fourni entre 400 et 500 millions de dollars par an au budget de l'organisme de près de 3 milliards de dollars. Les Etats-Unis ont également récemment annoncé qu'ils rejoignaient le programme Covax de l'OMS, qui vise à un partage équitable des vaccins entre les pays riches et les pays pauvres.