Ce décret de sanctions que doit adopter Donald Trump vise à "dissuader la Turquie de toute extension de son offensive militaire dans le nord-est de la Syrie", a indiqué le ministère américain des Finances, sans préciser si cette extension devait être comprise en termes géographiques ou temporels.

"Ce sont de très fortes sanctions. Nous espérons que nous n'aurons pas à les utiliser mais nous pouvons neutraliser l'économie turque si nécessaire", a averti M. Mnuchin dans une conférence de presse.

Les sanctions punitives pourront s'appliquer à toute personne associée avec les autorités au pouvoir à Ankara, a ajouté le secrétaire américain au Trésor.

Le président Trump "est préoccupé par l'offensive militaire en cours, et l'éventualité que des civils, des infrastructures civiles, des minorités ethniques ou religieuses soient pris pour cibles", a justifié Steven Mnuchin.

Pour M. Trump, il est "impératif" que la Turquie ne permette à "pas un seul des combattants du groupe Etat islamique de s'échapper".

Les forces kurdes ont affirmé que cinq jihadistes de l'EI s'étaient échappés vendredi d'une prison près de la ville de Qamichli, dans le nord-est de la Syrie, après des raids aériens turcs ayant visé ses environs.