Washington est prêt à engager des "discussions tactiques et pratiques" avec les Russes, a déclaré Josh Earnest, porte-parole de l'exécutif américain, sans cependant préciser si elles seraient menées par des civils et ou des militaires et à quel niveau.

La coopération militaire américano-russe a été suspendue en 2014 en raison du conflit ukrainien.

La Russie apporte un soutien militaire et diplomatique au régime de Damas et a renforcé ces derniers jours sa présence dans la province syrienne de Lattaquié, fief du président Bachar al-Assad. Washington a dénoncé ces actions russes, tandis que Moscou a appelé à une "véritable consolidation des efforts" contre l'organisation de l'Etat islamique (EI).

"Nous avons clairement indiqué que si les actions militaires russes en Syrie servaient à soutenir le régime Assad, elles seraient déstabilisatrices et contre-productives", a déclaré Josh Earnest.

Cependant, a-t-il ajouté, les Etats-Unis accueilleraient favorablement des contributions "constructives" de la part de Moscou à la coalition internationale contre les djihadistes ultra-radicaux de l'EI. "C'est la raison pour laquelle nous sommes ouverts à des discussions tactiques, pratiques avec les Russes pour renforcer les objectifs de la coalition anti-EI et s'assurer de la sécurité de ses opérations", a-t-il ajouté.

Le porte-parole du président Barack Obama est cependant resté évasif sur la proposition formulée par la Russie d'avoir un dialogue "de militaires à militaires" sur la Syrie.

Selon le porte-parole du Pentagone, le ministre de la Défense Ash Carter est "en consultations avec le Conseil de sécurité nationale (de la Maison Blanche) pour déterminer ce qui est le mieux".

Washington est prêt à engager des "discussions tactiques et pratiques" avec les Russes, a déclaré Josh Earnest, porte-parole de l'exécutif américain, sans cependant préciser si elles seraient menées par des civils et ou des militaires et à quel niveau. La coopération militaire américano-russe a été suspendue en 2014 en raison du conflit ukrainien. La Russie apporte un soutien militaire et diplomatique au régime de Damas et a renforcé ces derniers jours sa présence dans la province syrienne de Lattaquié, fief du président Bachar al-Assad. Washington a dénoncé ces actions russes, tandis que Moscou a appelé à une "véritable consolidation des efforts" contre l'organisation de l'Etat islamique (EI). "Nous avons clairement indiqué que si les actions militaires russes en Syrie servaient à soutenir le régime Assad, elles seraient déstabilisatrices et contre-productives", a déclaré Josh Earnest. Cependant, a-t-il ajouté, les Etats-Unis accueilleraient favorablement des contributions "constructives" de la part de Moscou à la coalition internationale contre les djihadistes ultra-radicaux de l'EI. "C'est la raison pour laquelle nous sommes ouverts à des discussions tactiques, pratiques avec les Russes pour renforcer les objectifs de la coalition anti-EI et s'assurer de la sécurité de ses opérations", a-t-il ajouté. Le porte-parole du président Barack Obama est cependant resté évasif sur la proposition formulée par la Russie d'avoir un dialogue "de militaires à militaires" sur la Syrie. Selon le porte-parole du Pentagone, le ministre de la Défense Ash Carter est "en consultations avec le Conseil de sécurité nationale (de la Maison Blanche) pour déterminer ce qui est le mieux".