Lors de sa première conférence de presse au lendemain d'une élection où elle a obtenu 62,1% des voix face à la candidate de droite Evelyn Matthei, Michelle Bachelet s'est expliquée sur le rôle des partis de la coalition au sein de son futur gouvernement.

La coalition, "La Nouvelle Majorité", réunit notamment socialistes, démocrates-chrétiens et communistes qui ont des visions divergentes sur certains sujets dont l'avortement thérapeutique ou le mariage homosexuel. Mercredi, les responsables de ces partis se réuniront avec la présidente élue.

"Ils m'ont apporté tout leur soutien et aussi leur respect quant aux décisions que je prendrai", a assuré Mme Bachelet. "La coalition politique est une chose, mais c'est à moi que revient de définir la constitution du gouvernement", a-t-elle ajouté.

Mme Bachelet s'est engagée à annoncer la composition de son gouvernement fin janvier et il devrait comprendre "les personnes les plus compétentes dans leur domaine", indépendamment du fait qu'ils soient hommes ou femmes. L'investiture aura lieu le 11 mars prochain.

Elle a précisé qu'elle s'efforcerait de parvenir à la parité au sein de son cabinet ministériel "parce que je crois que les symboles sont importants", a-t-elle dit. Lors de son premier mandat de 2006 à 2010, la présidente socialiste avait instauré un gouvernement où la parité était respectée, mais qui n'avait duré que quelques mois.

Lors de sa première conférence de presse au lendemain d'une élection où elle a obtenu 62,1% des voix face à la candidate de droite Evelyn Matthei, Michelle Bachelet s'est expliquée sur le rôle des partis de la coalition au sein de son futur gouvernement. La coalition, "La Nouvelle Majorité", réunit notamment socialistes, démocrates-chrétiens et communistes qui ont des visions divergentes sur certains sujets dont l'avortement thérapeutique ou le mariage homosexuel. Mercredi, les responsables de ces partis se réuniront avec la présidente élue. "Ils m'ont apporté tout leur soutien et aussi leur respect quant aux décisions que je prendrai", a assuré Mme Bachelet. "La coalition politique est une chose, mais c'est à moi que revient de définir la constitution du gouvernement", a-t-elle ajouté. Mme Bachelet s'est engagée à annoncer la composition de son gouvernement fin janvier et il devrait comprendre "les personnes les plus compétentes dans leur domaine", indépendamment du fait qu'ils soient hommes ou femmes. L'investiture aura lieu le 11 mars prochain. Elle a précisé qu'elle s'efforcerait de parvenir à la parité au sein de son cabinet ministériel "parce que je crois que les symboles sont importants", a-t-elle dit. Lors de son premier mandat de 2006 à 2010, la présidente socialiste avait instauré un gouvernement où la parité était respectée, mais qui n'avait duré que quelques mois.