D'après ce sondage du Military Times et de l'Institut de l'université de Syracuse pour les vétérans et les familles militaires, la moitié des soldats ont un avis défavorable sur M. Trump et 42% le désapprouvent fortement. 38% disent au contraire avoir un avis favorable sur le président.

Le soutien à M. Trump a donc chuté par rapport au dernier sondage en décembre 2019, lorsqu'il avait 42% d'avis favorables.

Le sondage, effectué auprès de 1.018 personnes, a été fait avant les récentes conventions républicaine et démocrate.

Les officiers de carrière y sont davantage représentés que les jeunes soldats, note le Military Times. Il ne s'agit donc pas d'un reflet exact de ce que toute l'armée américaine pense.

M. Trump dit souvent jouir d'un fort soutien au sein de l'armée, vantant par exemple l'augmentation des fonds alloués au Pentagone.

Mais son mandat a aussi été marqué par de fréquents désaccords avec les dirigeants du ministère de la Défense. L'ex-ministre Jim Mattis a ainsi annoncé quitter son poste en décembre 2018 en critiquant notamment la stratégie diplomatique de Donald Trump; et l'actuel titulaire du poste, Mark Esper, ainsi que le chef d'état-major Mark Milley, ont eu des différends avec le président sur des questions de politique.

D'après ce sondage du Military Times et de l'Institut de l'université de Syracuse pour les vétérans et les familles militaires, la moitié des soldats ont un avis défavorable sur M. Trump et 42% le désapprouvent fortement. 38% disent au contraire avoir un avis favorable sur le président. Le soutien à M. Trump a donc chuté par rapport au dernier sondage en décembre 2019, lorsqu'il avait 42% d'avis favorables. Le sondage, effectué auprès de 1.018 personnes, a été fait avant les récentes conventions républicaine et démocrate. Les officiers de carrière y sont davantage représentés que les jeunes soldats, note le Military Times. Il ne s'agit donc pas d'un reflet exact de ce que toute l'armée américaine pense. M. Trump dit souvent jouir d'un fort soutien au sein de l'armée, vantant par exemple l'augmentation des fonds alloués au Pentagone. Mais son mandat a aussi été marqué par de fréquents désaccords avec les dirigeants du ministère de la Défense. L'ex-ministre Jim Mattis a ainsi annoncé quitter son poste en décembre 2018 en critiquant notamment la stratégie diplomatique de Donald Trump; et l'actuel titulaire du poste, Mark Esper, ainsi que le chef d'état-major Mark Milley, ont eu des différends avec le président sur des questions de politique.