Le ministère argentin de la Défense a indiqué samedi (dans la nuit de samedi à dimanche en Belgique) que les appels, "d'une durée de 4 à 36 secondes, ont été reçus entre 10h52 et 15h42 (entre 14h52 et 19h42 HB) dans diverses bases de la marine".

"La conversation n'a pas pu être établie", mais le fait que des appels ont été détectés "indiquerait que l'équipage essaie de rétablir le contact". La marine essaie désormais de "déterminer précisément d'où ont été émis les appels".

Les recherches en mer dans l'Atlantique sud, lancées à la suite de la "disparition" de l'appareil et des 44 personnes à son bord, avaient été compliquées par la faible visibilité, due au mauvais temps dans la zone où le sous-marin a été localisé pour la dernière fois mercredi, à 430 kilomètres des côtes de la Patagonie et de la Péninsule de Valdés. Une inspection en superficie de 80% de la zone où le bâtiment devait se trouver n'avait donné aucun résultat, et la Marine argentine se préparait samedi à une éventuelle opération de sauvetage en profondeur.

Samedi après-midi, un navire britannique avait complété le dispositif de recherche composé d'une dizaine de navires, dont deux bateaux océanographiques. Un avion de la NASA, dérouté de sa mission scientifique, participait également, tandis que du matériel de sauvetage américain est attendu dimanche.

Le sous-marin était parti il y a 35 jours de Mar del Plata, port et station balnéaire à 400 kilomètres au sud de Buenos Aires, pour rejoindre Ushuaïa où il a passé trois jours avant d'entamer le voyage de retour. Le retour du sous-marin, qui doit normalement donner sa position toutes les 48 heures, était prévu pour la semaine prochaine. Il dispose à bord de 15 jours supplémentaires de vivres et d'oxygène.

A bord du San Juan se trouve Eliana Krawczyk, 35 ans, devenue en 2012 la première femme d'Amérique latine officier de sous-marin. Le ARA San Juan est un des trois sous-marins de la marine argentine, qui l'a incorporé en 1985 à sa flotte.

Le ministère argentin de la Défense a indiqué samedi (dans la nuit de samedi à dimanche en Belgique) que les appels, "d'une durée de 4 à 36 secondes, ont été reçus entre 10h52 et 15h42 (entre 14h52 et 19h42 HB) dans diverses bases de la marine". "La conversation n'a pas pu être établie", mais le fait que des appels ont été détectés "indiquerait que l'équipage essaie de rétablir le contact". La marine essaie désormais de "déterminer précisément d'où ont été émis les appels". Les recherches en mer dans l'Atlantique sud, lancées à la suite de la "disparition" de l'appareil et des 44 personnes à son bord, avaient été compliquées par la faible visibilité, due au mauvais temps dans la zone où le sous-marin a été localisé pour la dernière fois mercredi, à 430 kilomètres des côtes de la Patagonie et de la Péninsule de Valdés. Une inspection en superficie de 80% de la zone où le bâtiment devait se trouver n'avait donné aucun résultat, et la Marine argentine se préparait samedi à une éventuelle opération de sauvetage en profondeur. Samedi après-midi, un navire britannique avait complété le dispositif de recherche composé d'une dizaine de navires, dont deux bateaux océanographiques. Un avion de la NASA, dérouté de sa mission scientifique, participait également, tandis que du matériel de sauvetage américain est attendu dimanche. Le sous-marin était parti il y a 35 jours de Mar del Plata, port et station balnéaire à 400 kilomètres au sud de Buenos Aires, pour rejoindre Ushuaïa où il a passé trois jours avant d'entamer le voyage de retour. Le retour du sous-marin, qui doit normalement donner sa position toutes les 48 heures, était prévu pour la semaine prochaine. Il dispose à bord de 15 jours supplémentaires de vivres et d'oxygène. A bord du San Juan se trouve Eliana Krawczyk, 35 ans, devenue en 2012 la première femme d'Amérique latine officier de sous-marin. Le ARA San Juan est un des trois sous-marins de la marine argentine, qui l'a incorporé en 1985 à sa flotte.