La Constitution interdit en effet à un Birman marié à un étranger ou ayant de enfants étrangers, d'accéder au poste suprême. Or, son époux Michael Aris, aujourd'hui défunt, était de nationalité britannique, tout comme leurs deux enfants. Rédigé par la junte aujourd'hui dissoute et adopté par référendum, le texte attribue notamment 25% des sièges dans les assemblées aux militaires d'active. Mme Suu Kyi a réitéré à de nombreuses reprises que la Constitution devait être amendée pour donner une chance à l'instauration d'une démocratie dans ce pays dirigé par une junte pendant cinquante ans, et des rumeurs ont circulé sur un possible boycott des élections de 2015 par son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

"Nous devons concourir aux élections de 2015", a indiqué à des journalistes un porte-parole de la LND, précisant que son parti visait à une victoire encore supérieure à celle du 1er avril 2012 qui avait conduit à l'entrée de Mme Suu Kyi au parlement et à une large victoire de la LND, aujourd'hui première force d'opposition du parlement. Créée en 1988, la LND avait remporté les élections deux ans plus tard sans jamais accéder au pouvoir. Elle avait ensuite boycotté le scrutin de 2010, avant de réintégrer l'échiquier politique lors des élections partielles d'avril.

La Constitution interdit en effet à un Birman marié à un étranger ou ayant de enfants étrangers, d'accéder au poste suprême. Or, son époux Michael Aris, aujourd'hui défunt, était de nationalité britannique, tout comme leurs deux enfants. Rédigé par la junte aujourd'hui dissoute et adopté par référendum, le texte attribue notamment 25% des sièges dans les assemblées aux militaires d'active. Mme Suu Kyi a réitéré à de nombreuses reprises que la Constitution devait être amendée pour donner une chance à l'instauration d'une démocratie dans ce pays dirigé par une junte pendant cinquante ans, et des rumeurs ont circulé sur un possible boycott des élections de 2015 par son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND). "Nous devons concourir aux élections de 2015", a indiqué à des journalistes un porte-parole de la LND, précisant que son parti visait à une victoire encore supérieure à celle du 1er avril 2012 qui avait conduit à l'entrée de Mme Suu Kyi au parlement et à une large victoire de la LND, aujourd'hui première force d'opposition du parlement. Créée en 1988, la LND avait remporté les élections deux ans plus tard sans jamais accéder au pouvoir. Elle avait ensuite boycotté le scrutin de 2010, avant de réintégrer l'échiquier politique lors des élections partielles d'avril.