Le 14 janvier 2015, un pilote d'essai anonyme a participé à un faux combat organisé par l'aviation américaine au-dessus de l'Océan Pacifique près de la base Edwards Air Force en Californie. À bord d'un F35 AF-02, le pilote s'est opposé à un F-16D Block 40, un appareil que le F-35 doit remplacer.

David Axe, qui travaille pour Medium.com, un réseau américain de freelances spécialisés dans l'aviation, a pu consulter le rapport du pilote d'essai, réservé à un "usage officiel". Il s'avère que l'arme la plus chère du monde - dont le coût total s'élève à plus d'un billion de dollars - présente quelques failles. Ainsi, l'avion de combat est capable de voler, mais pas vraiment de combattre.

"Dans quelques décennies, les États-Unis et leurs alliés opéreront avec un appareil inférieur" met en garde le pilote. Non seulement le F-35 enverra les pilotes à la mort, mais en plus les États-Unis perdront le contrôle de l'espace aérien. Et les Américains ne sont pas les seuls intéressés par le F-35, la Belgique aussi souhaite remplacer ses F-16 par le nouvel appareil.

"L'évaluation était axée sur l'efficacité générale de l'appareil lors de l'exécution de plusieurs manoeuvres spécifiques dans un environnement dynamique" lit-on dans le rapport relayé par Medium.com. "Il devait effectuer des manoeuvres traditionnelles en déploiement offensif, défensif et neutre à une hauteur variant de 3 à 9 kilomètres".

Chargé de deux réservoirs largables, le F-16 présentait un désavantage aérodynamique par rapport au F-35. Pourtant, le F-35 s'est avéré trop lent pour vaincre le F-16. Le nouvel appareil était incapable de manoeuvrer assez rapidement pour toucher l'avion ennemi ou éviter ses tirs. En outre, le F-35 n'a pas réussi à toucher le F-16 au canon de 25 millimètres.

"L'appareil ennemi peut approcher sans être vu"

"Quand on vole en F-35, on ne peut entamer de combat à courte distance" écrit le pilote d'essai. L'accessoire futuriste de l'appareil, un casque de vision à 360 degrés, ne permet pas de voir tout ce qu'il se passe autour de soi. "Le casque était trop grand par rapport à l'espace disponible pour voir derrière l'avion" ajoute-t-il.