"Iouri Mikhaïlovitch (Loujkov) m'a dit hier qu'il allait introduire une action en justice", a déclaré Iossif Kobzon, proche de Loujkov, cité par l'agence de presse Interfax. Kozbon accompagnait Loujkov à sa sortie de l'hôtel de ville de la capitale mardi, après le limogeage décrété par Medvedev.

Iouri Loujkov a dénoncé l'absence de démocratie et la censure du président russe Dmitri Medvedev dans une lettre adressée à ce dernier et publiée mercredi sur le site de l'hebdomadaire de l'opposition New Times. "Dans notre pays, on a peur depuis 1937 (au plus fort des répressions staliniennes, NDLR) d'exprimer son opinion. Si les dirigeants du pays soutiennent cette peur (...), il est facile d'arriver à une situation où le pays n'a qu'un dirigeant dont les paroles sont gravées dans du granit et qu'on doit suivre sans murmure", écrit M. Loujkov.

L'ex-maire de Moscou, limogé mardi par le Kremlin, commente ainsi la réaction du président russe à la proposition qu'il avait faite de revenir à l'élection directe des chefs des régions actuellement nommés par le Kremlin.

Le Vif.be, avec L'Express.fr et Belga

"Iouri Mikhaïlovitch (Loujkov) m'a dit hier qu'il allait introduire une action en justice", a déclaré Iossif Kobzon, proche de Loujkov, cité par l'agence de presse Interfax. Kozbon accompagnait Loujkov à sa sortie de l'hôtel de ville de la capitale mardi, après le limogeage décrété par Medvedev. Iouri Loujkov a dénoncé l'absence de démocratie et la censure du président russe Dmitri Medvedev dans une lettre adressée à ce dernier et publiée mercredi sur le site de l'hebdomadaire de l'opposition New Times. "Dans notre pays, on a peur depuis 1937 (au plus fort des répressions staliniennes, NDLR) d'exprimer son opinion. Si les dirigeants du pays soutiennent cette peur (...), il est facile d'arriver à une situation où le pays n'a qu'un dirigeant dont les paroles sont gravées dans du granit et qu'on doit suivre sans murmure", écrit M. Loujkov. L'ex-maire de Moscou, limogé mardi par le Kremlin, commente ainsi la réaction du président russe à la proposition qu'il avait faite de revenir à l'élection directe des chefs des régions actuellement nommés par le Kremlin. Le Vif.be, avec L'Express.fr et Belga