Derrière les dernières positions musclées des États-Unis, on retrouvait systématiquement un duo: Pompeo et John Bolton. Car si Trump est convaincu que la menace d'une puissance militaire est le chemin le plus court vers le succès diplomatique, il est aussi un président qui déteste les guerres. Les sujets de discorde entre les deux hommes auront pris trop d'ampleur et Bolton, l'un des deux hommes qui murmuraient des envies va-t-en-guerre au président, vient d'être remercié. Exit donc le faucon ultra qui depuis des décennies, prône une version musclée du America first, l'interventionnisme et qui aimait mettre le feu aux poudres.
...