Le candidat des Républicains a ensuite rapidement démenti l'information, soulignant que M. Stefanini avait pensé à se désister avant de se rétracter. Mais, coup de théâtre, l'équipe de campagne a rétorqué une heure plus tard que la démission serait effective dimanche soir après le rassemblement du Trocadéro.

"Patrick Stefanini a présenté ce matin sa démission a François Fillon qui l'a acceptée. Patrick Stefanini sera en responsabilité jusqu'à l'issue du grand rassemblement populaire de dimanche place du Trocadéro. Il sera remplacé lundi matin à la direction de campagne par Vincent Chriqui", a annoncé l'équipe de François Fillon dans un communiqué à l'AFP. L'homme invoquait deux raisons à sa décision. L'une est personnelle, l'homme s'estimant "minoritaire au sein de [son] équipe" après l'annonce du maintien du candidat malgré une probable mise en examen prochaine. "Je ne suis donc plus le mieux placé pour diriger ta campagne et j'en tire les conclusions", poursuit Patrick Stefanini. L'autre raison de cette démission est politique, car la "victoire n'est pas certaine", écrit-il. "Depuis trois mois, j'ai travaillé ardemment [...] pour construire des équipes de campagne [...] puis pour trouver un accord avec l'UDI". "Depuis 48 heures, il ne reste plus rien ou presque du fruit de ce travail", ajoute-t-il.

Le candidat des Républicains a ensuite rapidement démenti l'information, soulignant que M. Stefanini avait pensé à se désister avant de se rétracter. Mais, coup de théâtre, l'équipe de campagne a rétorqué une heure plus tard que la démission serait effective dimanche soir après le rassemblement du Trocadéro."Patrick Stefanini a présenté ce matin sa démission a François Fillon qui l'a acceptée. Patrick Stefanini sera en responsabilité jusqu'à l'issue du grand rassemblement populaire de dimanche place du Trocadéro. Il sera remplacé lundi matin à la direction de campagne par Vincent Chriqui", a annoncé l'équipe de François Fillon dans un communiqué à l'AFP. L'homme invoquait deux raisons à sa décision. L'une est personnelle, l'homme s'estimant "minoritaire au sein de [son] équipe" après l'annonce du maintien du candidat malgré une probable mise en examen prochaine. "Je ne suis donc plus le mieux placé pour diriger ta campagne et j'en tire les conclusions", poursuit Patrick Stefanini. L'autre raison de cette démission est politique, car la "victoire n'est pas certaine", écrit-il. "Depuis trois mois, j'ai travaillé ardemment [...] pour construire des équipes de campagne [...] puis pour trouver un accord avec l'UDI". "Depuis 48 heures, il ne reste plus rien ou presque du fruit de ce travail", ajoute-t-il.