Le procès tient le gouvernement fédéral responsable des expériences qui auraient été menées dans les réserves et les pensionnats entre les années 1930 et 1950, rapporte The Guardian.
...

Le procès tient le gouvernement fédéral responsable des expériences qui auraient été menées dans les réserves et les pensionnats entre les années 1930 et 1950, rapporte The Guardian. Le gouvernement canadien est également accusé d'une longue histoire de "soins médicaux discriminatoires et inadéquats" dans les hôpitaux et les sanatoriums indiens - éléments clés d'un système de santé distinct qui a fonctionné à travers le pays de 1945 au début des années 1980.Plus de 150.000 enfants indiens ont été élevés de force dans des pensionnats canadiens pour les forcer à s'assimiler à la population. Ces lieux auraient donc également servi de centres d'expérimentation nutritionnelle où les chercheurs ont testé leurs théories sur les vitamines et certains aliments et ce, sans en avertir les familles concernées. Comme on savait que le régime alimentaire des écoles était déficient sur le plan nutritionnel, les enfants étaient considérés comme des "sujets expérimentaux idéaux", selon les documents judiciaires. Tony Merchant, l'homme à l'origine de l'action collective en justice cite six écoles qui s'étendent de la Nouvelle-Écosse à la Colombie-Britannique et les relie à des expériences menées de 1948 à 1953.À certains moments, les enfants auraient donc été privés volontairement de nutriments que l'on soupçonnait d'être bénéfiques. Les enfants auraient également été utilisés pour tester certains types d'aliments et de médicaments . Les chercheurs auraient également refusé de donner des compléments de vitamines et de fer à des enfants, de peur que les résultats de leurs expériences ne soient faussés. Dans le même but, certains auraient également interdit que les problèmes de dentisterie soient soignés. Selon les documents présentés à la justice, neuf enfants ont subi une perte auditive importante après avoir testé un médicament expérimental. Les enfants qui auraient refusé de coopérer auraient été soumis à des abus physiques, selon The Guardian. Dans certaines réserves du pays, notamment en Saskatchewan, des enfants ont été utilisés pour tester l'efficacité d'un nouveau vaccin contre la tuberculose. Il existerait également des preuves que certains directeurs d'école auraient demandé à ce que le consentement des familles soit demandé par les chercheurs, ce qu'ils auraient refusé de faire. Les poursuites judiciaires sont dirigées contre le gouvernement fédéral, car c'est le Canada qui a établi, financé et supervisé les pensionnats, les hôpitaux indiens et les sanatoriums.