Quand Pfizer et BioNTech ont commencé à commercialiser leur vaccin, il était souligné dans la notice que cinq doses pouvaient être obtenues à partir d'un flacon. Quelques pays, dont la Belgique, ont rapidement remarqué qu'une sixième dose pouvait être extraite avec des seringues spéciales de haute précision.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a dès lors repris ces résultats dans ses recommandations, après quoi Pfizer a réduit ses livraisons. Les contrats stipulaient en effet le nombre de doses et non le nombre de flacons.

"C'est inacceptable", a réagi le coordinateur national suédois des vaccins, Richard Bergström. "Si un pays ne parvient à obtenir que cinq doses d'un seul flacon, il obtiendra moins de doses pour le même prix." C'est pourquoi l'Agence suédoise de la santé a décidé de ne pas payer les factures dues avant que Pfizer et la Commission européenne n'aient éclairci les choses.

La branche suédoise de Pfizer n'était pas joignable dans l'immédiat pour une réaction. Le ministère suédois de la Santé, lui non plus, n'a pas encore confirmé les informations du journal Dagens Nyheter.

Quand Pfizer et BioNTech ont commencé à commercialiser leur vaccin, il était souligné dans la notice que cinq doses pouvaient être obtenues à partir d'un flacon. Quelques pays, dont la Belgique, ont rapidement remarqué qu'une sixième dose pouvait être extraite avec des seringues spéciales de haute précision. L'Agence européenne des médicaments (EMA) a dès lors repris ces résultats dans ses recommandations, après quoi Pfizer a réduit ses livraisons. Les contrats stipulaient en effet le nombre de doses et non le nombre de flacons. "C'est inacceptable", a réagi le coordinateur national suédois des vaccins, Richard Bergström. "Si un pays ne parvient à obtenir que cinq doses d'un seul flacon, il obtiendra moins de doses pour le même prix." C'est pourquoi l'Agence suédoise de la santé a décidé de ne pas payer les factures dues avant que Pfizer et la Commission européenne n'aient éclairci les choses. La branche suédoise de Pfizer n'était pas joignable dans l'immédiat pour une réaction. Le ministère suédois de la Santé, lui non plus, n'a pas encore confirmé les informations du journal Dagens Nyheter.