"En ce qui concerne les compte-rendus de conversations téléphoniques, ma mère, lorsqu'elle m'a élevé, m'a appris que c'était inapproprié de lire les lettres des autres qui ne vous sont pas adressées", a déclaré lors d'une conférence de presse Sergueï Lavrov.

Il était interrogé sur sa réaction au scandale qui secoue Donald Trump, accusé d'avoir favorisé une ingérence étrangère dans la prochaine élection présidentielle américaine avec son appel téléphonique à son homologue ukrainien dans lequel il lui demande d'enquêter sur le candidat démocrate Joe Biden. Le scandale s'est encore aggravé pour le président américain avec la publication mercredi par la Maison Blanche du compte-rendu de cette conversation téléphonique.

"C'est indécent", a réagi le chef de la diplomatie russe. "Pour que deux personnes élues par leurs nations soient à la hauteur" de leurs fonctions, "il faut des manières diplomatiques impliquant un certain degré de confidentialité", a-t-il ajouté.

Le ministre russe, qui a eu vendredi une rencontre bilatérale avec son homologue américain Mike Pompeo, a critiqué à la fois les parlementaires américains et les médias pour la publication du compte-rendu.

"Etre si véhément en menaçant de mettre un gouvernement à genoux s'il ne diffuse pas un mémo impliquant un partenaire ! Quel genre de démocratie est-ce ? Comment pouvez-vous travailler dans de telles conditions ?", a-t-il lancé.

Donald Trump a souvent encensé Vladimir Poutine et leurs relations et rencontres sont scrutées à la loupe par les médias américains qui s'interrogent sur le pourquoi de la bienveillance du premier à l'égard du second.