"J'espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont nous avons relevé ce défi", dira la reine selon des extraits diffusés par ses services. "Et ceux qui nous succéderont diront que les Britanniques de cette génération étaient aussi forts que les autres", et "que les qualités de l'autodiscipline, de la détermination bienveillante et de la camaraderie caractérisent toujours ce pays", ajoutera la cheffe de l'Etat lors d'un discours "profondément personnel", selon ses services.

Cette allocution télévisée, qui doit être diffusée dimanche à 19h00 GMT à l'attention des Britanniques et des nations du Commonwealth, est seulement la quatrième intervention d'Elisabeth II depuis le début de son règne il y a 68 ans. Elle témoigne de la gravité de la crise au Royaume-Uni, où l'épidémie poursuit son accélération.

Selon un bilan publié samedi, 4.313 personnes sont décédées dans les hôpitaux, dont un enfant de 5 ans et plusieurs soignants, et 41.903 cas positifs ont été officiellement recensés. Parmi ces derniers figurent le prince héritier Charles, désormais guéri, et le Premier ministre Boris Johnson.

Le discours d'Elisabeth II a été enregistré au château de Windsor, à l'ouest de Londres, où résident depuis le 19 mars la reine et son époux, le prince Philip.

Agés respectivement de 93 et 98 ans, ils font partie de la population à risque. Leur entourage a assuré que le couple était en bonne santé et suivait les directives du gouvernement de rester confiné.

Les trois précédentes allocutions d'Elisabeth II en temps de crise ou de deuil se sont tenues en 1991 lors de la première Guerre du Golfe, en 1997 à la veille des funérailles de la princesse Diana, et en 2002 après le décès de sa mère.

Par ailleurs, en 2012, Elisabeth II avait formulé ses remerciements à la télévision pour les célébrations des 60 ans de son accession au trône. Elle adresse également ses voeux à la nation chaque année à Noël.

Dimanche, le gouvernement a une nouvelle fois exhorté les Britanniques à respecter le confinement pour ne pas contribuer à la propagation du nouveau coronavirus et à ne pas se laisser tenter par le temps doux et ensoleillé pour flâner dehors, dans les parcs notamment.

Les gens ne sont autorisés à sortir que pour faire leurs courses, se faire soigner ou faire de l'exercice une fois par jour. "C'est n'est pas une demande, c'est une exigence inscrite dans la loi", a insisté le ministre de la Santé Matt Hancock, lui-même guéri du Covid-19, sur Sky News.

"Prendre un bain de soleil est contraire aux règles", a-t-il poursuivi. Si "la grande majorité" des gens les respectent, ce n'est toujours pas le cas d'une "petite minorité", s'est-il offusqué.

Sur la BBC, M. Hancock a prévenu que l'exécutif n'hésiterait pas à durcir le confinement si nécessaire. "Mon message est très clair: si vous ne voulez pas que nous décidions d'interdire toute forme d'exercice hors de chez vous, vous devez suivre les règles."

Une telle mesure aurait le soutien du Parti travailliste, la principale formation d'opposition, a assuré son nouveau chef Keir Starmer.

"J'espère que dans les années à venir, tout le monde pourra être fier de la manière dont nous avons relevé ce défi", dira la reine selon des extraits diffusés par ses services. "Et ceux qui nous succéderont diront que les Britanniques de cette génération étaient aussi forts que les autres", et "que les qualités de l'autodiscipline, de la détermination bienveillante et de la camaraderie caractérisent toujours ce pays", ajoutera la cheffe de l'Etat lors d'un discours "profondément personnel", selon ses services.Cette allocution télévisée, qui doit être diffusée dimanche à 19h00 GMT à l'attention des Britanniques et des nations du Commonwealth, est seulement la quatrième intervention d'Elisabeth II depuis le début de son règne il y a 68 ans. Elle témoigne de la gravité de la crise au Royaume-Uni, où l'épidémie poursuit son accélération. Selon un bilan publié samedi, 4.313 personnes sont décédées dans les hôpitaux, dont un enfant de 5 ans et plusieurs soignants, et 41.903 cas positifs ont été officiellement recensés. Parmi ces derniers figurent le prince héritier Charles, désormais guéri, et le Premier ministre Boris Johnson. Le discours d'Elisabeth II a été enregistré au château de Windsor, à l'ouest de Londres, où résident depuis le 19 mars la reine et son époux, le prince Philip.Agés respectivement de 93 et 98 ans, ils font partie de la population à risque. Leur entourage a assuré que le couple était en bonne santé et suivait les directives du gouvernement de rester confiné. Les trois précédentes allocutions d'Elisabeth II en temps de crise ou de deuil se sont tenues en 1991 lors de la première Guerre du Golfe, en 1997 à la veille des funérailles de la princesse Diana, et en 2002 après le décès de sa mère.Par ailleurs, en 2012, Elisabeth II avait formulé ses remerciements à la télévision pour les célébrations des 60 ans de son accession au trône. Elle adresse également ses voeux à la nation chaque année à Noël.Dimanche, le gouvernement a une nouvelle fois exhorté les Britanniques à respecter le confinement pour ne pas contribuer à la propagation du nouveau coronavirus et à ne pas se laisser tenter par le temps doux et ensoleillé pour flâner dehors, dans les parcs notamment.Les gens ne sont autorisés à sortir que pour faire leurs courses, se faire soigner ou faire de l'exercice une fois par jour. "C'est n'est pas une demande, c'est une exigence inscrite dans la loi", a insisté le ministre de la Santé Matt Hancock, lui-même guéri du Covid-19, sur Sky News. "Prendre un bain de soleil est contraire aux règles", a-t-il poursuivi. Si "la grande majorité" des gens les respectent, ce n'est toujours pas le cas d'une "petite minorité", s'est-il offusqué. Sur la BBC, M. Hancock a prévenu que l'exécutif n'hésiterait pas à durcir le confinement si nécessaire. "Mon message est très clair: si vous ne voulez pas que nous décidions d'interdire toute forme d'exercice hors de chez vous, vous devez suivre les règles." Une telle mesure aurait le soutien du Parti travailliste, la principale formation d'opposition, a assuré son nouveau chef Keir Starmer.