" La question kurde n'a jamais été centrale pour les puissances mondiales "

16/01/19 à 15:00 - Mise à jour à 15:03
Du Le Vif/L'Express du 10/01/19

Pour l'historien et sociologue Jordi Tejel Gorgas, coauteur de Les Kurdes en 100 questions, la neutralité des Kurdes de Syrie, entre Damas et les rebelles, s'explique par des évolutions internes et les expériences antérieures.

Dans votre livre (1), vous expliquez que le mandataire français, à partir de 1920, favorise " la consolidation du nationalisme kurde en Syrie pour faire face aux ambitions territoriales de la Turquie dans le Nord syrien et affaiblir les nationalistes arabes à Damas ". Le retrait des troupes américaines de Syrie annoncé par Donald Trump s'inscrit-il dans le même va-et-vient de soutien intéressé puis d'abandon des Kurdes, de Syrie, d'Irak... par les Occidentaux ?
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires