Très rares sont les expertises psychiatriques qui, dans le cadre d'un dossier judiciaire, concluent à une maladie mentale qui permettrait d'exonérer les actes des terroristes de toute responsabilité. Les professionnels sont d'accord sur un point : actuellement, il est impossible de pointer une pathologie qui affecterait en particulier les djihadistes. Pour le reste, ces experts relèvent de nombreuses souffrances auprès des cas examinés. "Ces djihadistes ne sont pas très différents de vous et moi. Ils souffrent de toutes les pathologies que nous connaissons dans la société", relève, pour sa part, le psychanalyste Jean-Michel Hirt dans une interview accordée à FranceTV.
...