La production mondiale a atteint l'année dernière 359 millions de tonnes (Mt), en hausse de 3,2%, un rythme un peu inférieur à 2017 (+3,9%).

L'Asie représente plus de la moitié de la production de matériaux plastiques, tirée par la Chine qui pèse pour près d'un tiers (108 Mt).

Le continent asiatique reste pourtant "structurellement déficitaire et importateur", a souligné Éric Quenet, directeur région Ouest Europe de PlasticsEurope, à la presse.

La Chine a encore augmenté ses capacités de production de plastiques, sur la base de charbon, et cette tendance devrait se poursuivre.

Autre région en croissance, les Etats-Unis, qui bénéficient du développement du gaz de schiste, où des unités de production très compétitives, plus que celles d'Europe, ont été lancées sur la base d'éthane.

Mais l'augmentation de la consommation américaine ne suffit pas à absorber ces nouvelles capacités, d'où "une pression de plus en plus forte de ces unités américaines" à l'export, s'inquiète les industriels européens.

Avec le durcissement du contentieux commercial avec la Chine, la production américaine "se retrouve de plus en plus sur le marché européen", a observé M. Quenet.

En 2018, les importations européennes venant des États-Unis ont augmenté de 26% en volume.

"Ce que nous avons enregistré en 2018 continue et se renforce en 2019, en conséquence de l'aggravation du contentieux sino-américain", a dit M. Quenet. "C'est une préoccupation" et "cela doit se traiter au niveau européen".

"Notre marché européen reste relativement ouvert avec des droits de douane encore relativement modérés", a-t-il ajouté.

Le dynamisme américain s'est aussi manifesté sur les marchés tiers, où les exportations européennes ont reculé de 3% en 2018. La balance commerciale européenne pour les plastiques reste toutefois positive.

Parallèlement, la production de plastiques en Europe a reculé l'an dernier (-4,3%) après une année 2017 assez forte, alors que la consommation augmentait légèrement de 0,4%. PlasticsEurope a lancé début 2018 l'engagement "Plastics 2030" qui prévoit des plates-formes dédiées au recyclage de plusieurs familles de plastiques.