Daily Mail : "Une opportunité manquée"

Faisant référence aux "calculs" éventuels d'avant-match et à la possibilité d'éviter une confrontation avec le Brésil en quarts de finale en étant second du groupe, le Daily Mail souligne que "ce fut, à tout égard, le résultat intelligent pour Gareth Southgate et l'Angleterre. Alors pourquoi ne le ressent-on pas de cette façon ?" Lors du but d'Adnan Januzaj à la 51e minute, les Three Lions auraient-ils "manqué l'opportunité de pousser contre une équipe réserve belge et devenir premier du groupe ?", se demande le tabloïd anglais.

L'Angleterre se retrouve à présent dans ce qu'on pourrait appeler "la partie facile du tableau. Pas de Brésil en quarts de finale et aucun pays considéré comme prétendant au titre jusqu'à rencontrer l'Espagne" en demi-finale. Mais il est encore trop tôt pour se réjouir : "Il y a d'abord la Colombie, rapide, agressive et qui a été capable de contrôler le Sénégal."

Le journal n'a que d'éloges pour les Diables : "La Belgique était meilleure et aurait pu gagner avec deux ou trois buts d'écart."

The Sun : "Bégaiement"

"L'équipe improvisée de Southgate a été vaincue par le succès renversant de Januzaj", écrit le Sun. "L'Angleterre devait éviter la défaite pour rester première du groupe, mais n'a pas réussi à le faire. Les joueurs bégayaient comme nous en avons l'habitude".

Selon The Sun, il y avait une "atmosphère étrange" dans le stade. "Avant la frappe de Januzaj, tout tournait autour des cartes jaunes. Les supporters belges ont même applaudi lorsque deux de leurs joueurs ont rapidement eu une carte."

The Telegraph : "Qu'on ne le regrette pas"

"L'Angleterre est passée d'une victoire sensationnelle 6-1 contre le Panama à une lourde défaite contre les réservistes de la Belgique", déplore le Telegraph. "Nous nous rendons à présent à Moscou avec moins d'énergie positive, et en étant nettement plus bas dans la hiérarchie européenne que la Belgique."

"Espérons que l'Angleterre n'aura pas de regrets", poursuit le journal. "Il serait dommage de ruiner cette campagne."

The Guardian : "Regrettable"

The Guardian commence par une note optimiste : "Peut-être que l'Angleterre sera reconnaissante plus tard de pouvoir éviter d'affronter le Brésil en quarts de finale." Mais cela pourrait très bien en être autrement, car la Colombie est un défi beaucoup plus grand que le Japon, s'inquiète le quotidien. "Si la rencontre se termine mal à Moscou, il y aura sans doute des questions à poser sur la manière de penser de Southgate."

Concernant le match d'hier : "Il était regrettable à bien des égards que la plus belle affiche du groupe ait été privée de tant de joueurs d'élite. Cela aurait été bien plus amusant si ce match avait été la première ou la seconde rencontre du calendrier."

The Mirror : "Une très mauvaise première heure"

The Mirror parle d'un "spectacle soporifique" et d'une "première heure de jeu horriblement mauvaise".

Le journal fait en outre l'éloge de Januzaj : "Grâce à son superbe but, Januzaj a montré une fois de plus de quoi il était capable. C'était l'action-clé dans une rencontre qui manquait de qualités."

Le Monde : "Lénifiant"

"Belges et Anglais ont livré l'une des parties les plus lénifiantes de ce Mondial. Quelques coups de génies ont parfois éclairé la soirée, mais l'attitude générale trahissait des joueurs déjà projetés sur le prochain tour", regrette Le Monde. Le quotidien français souligne cependant le but de Januzaj, qui "en a profité pour donner un peu de vie à la partie".

L'Equipe : "Pas tenu ses promesses"

Pour l'Equipe, "l'affiche Angleterre-Belgique n'a pas tenu toutes ses promesses. Au-delà des larges rotations entreprises, les deux équipes ont joué sans se découvrir". Le journal français pointe notamment le manque d'intensité des Diables Rouges, qualifiant le but de Januzaj de "petit frisson bienvenu dans un match à l'encéphalogramme presque plat".

De Volkskrant : "Un tir fantastique de Januzaj"

Le quotidien néerlandais regrette qu'une affiche prometteuse sur papier se soit transformé en "morne duel", réveillé cependant par le "tir fantastique" de Januzaj qui a relancé la rencontre. "Les Belges auront fini par penser qu'ils devraient gagner face à tout le monde pour remporter la compétition", conclut le Volkskrant.

Faisant référence aux "calculs" éventuels d'avant-match et à la possibilité d'éviter une confrontation avec le Brésil en quarts de finale en étant second du groupe, le Daily Mail souligne que "ce fut, à tout égard, le résultat intelligent pour Gareth Southgate et l'Angleterre. Alors pourquoi ne le ressent-on pas de cette façon ?" Lors du but d'Adnan Januzaj à la 51e minute, les Three Lions auraient-ils "manqué l'opportunité de pousser contre une équipe réserve belge et devenir premier du groupe ?", se demande le tabloïd anglais. L'Angleterre se retrouve à présent dans ce qu'on pourrait appeler "la partie facile du tableau. Pas de Brésil en quarts de finale et aucun pays considéré comme prétendant au titre jusqu'à rencontrer l'Espagne" en demi-finale. Mais il est encore trop tôt pour se réjouir : "Il y a d'abord la Colombie, rapide, agressive et qui a été capable de contrôler le Sénégal."Le journal n'a que d'éloges pour les Diables : "La Belgique était meilleure et aurait pu gagner avec deux ou trois buts d'écart.""L'équipe improvisée de Southgate a été vaincue par le succès renversant de Januzaj", écrit le Sun. "L'Angleterre devait éviter la défaite pour rester première du groupe, mais n'a pas réussi à le faire. Les joueurs bégayaient comme nous en avons l'habitude". Selon The Sun, il y avait une "atmosphère étrange" dans le stade. "Avant la frappe de Januzaj, tout tournait autour des cartes jaunes. Les supporters belges ont même applaudi lorsque deux de leurs joueurs ont rapidement eu une carte.""L'Angleterre est passée d'une victoire sensationnelle 6-1 contre le Panama à une lourde défaite contre les réservistes de la Belgique", déplore le Telegraph. "Nous nous rendons à présent à Moscou avec moins d'énergie positive, et en étant nettement plus bas dans la hiérarchie européenne que la Belgique.""Espérons que l'Angleterre n'aura pas de regrets", poursuit le journal. "Il serait dommage de ruiner cette campagne."The Guardian commence par une note optimiste : "Peut-être que l'Angleterre sera reconnaissante plus tard de pouvoir éviter d'affronter le Brésil en quarts de finale." Mais cela pourrait très bien en être autrement, car la Colombie est un défi beaucoup plus grand que le Japon, s'inquiète le quotidien. "Si la rencontre se termine mal à Moscou, il y aura sans doute des questions à poser sur la manière de penser de Southgate."Concernant le match d'hier : "Il était regrettable à bien des égards que la plus belle affiche du groupe ait été privée de tant de joueurs d'élite. Cela aurait été bien plus amusant si ce match avait été la première ou la seconde rencontre du calendrier."The Mirror parle d'un "spectacle soporifique" et d'une "première heure de jeu horriblement mauvaise". Le journal fait en outre l'éloge de Januzaj : "Grâce à son superbe but, Januzaj a montré une fois de plus de quoi il était capable. C'était l'action-clé dans une rencontre qui manquait de qualités.""Belges et Anglais ont livré l'une des parties les plus lénifiantes de ce Mondial. Quelques coups de génies ont parfois éclairé la soirée, mais l'attitude générale trahissait des joueurs déjà projetés sur le prochain tour", regrette Le Monde. Le quotidien français souligne cependant le but de Januzaj, qui "en a profité pour donner un peu de vie à la partie". Pour l'Equipe, "l'affiche Angleterre-Belgique n'a pas tenu toutes ses promesses. Au-delà des larges rotations entreprises, les deux équipes ont joué sans se découvrir". Le journal français pointe notamment le manque d'intensité des Diables Rouges, qualifiant le but de Januzaj de "petit frisson bienvenu dans un match à l'encéphalogramme presque plat". Le quotidien néerlandais regrette qu'une affiche prometteuse sur papier se soit transformé en "morne duel", réveillé cependant par le "tir fantastique" de Januzaj qui a relancé la rencontre. "Les Belges auront fini par penser qu'ils devraient gagner face à tout le monde pour remporter la compétition", conclut le Volkskrant.