"Il y a suffisamment de travail pour eux, malgré cela ils quittent le pays de cette manière désastreuse", a déclaré Sheikh Hasina, citée par l'agence officielle Sangbad Sangstha, dans ses premiers propos sur la crise des migrants en Asie du Sud-Eest.

Qualifiant les boat people de "malades mentaux" pour avoir fui le pays à la recherche d'emplois, elle a affirmé qu'ils auraient eu "une vie meilleure au Bangladesh".

"Ils ternissent l'image du Bangladesh sur la scène internationale", a-t-elle ajouté.

La Première ministre a appelé les autorités à arrêter le flot des migrants et à prendre des mesures contre les trafiquants d'êtres humains.

Selon l'ONU, des milliers de migrants venant de Birmanie et du Bangladesh sont en perdition dans le golfe du Bengale alors que la mousson approche. La plupart des migrants bangladais cherchent à échapper à la pauvreté alors que les membres de la communauté musulmane des Rohingyas fuient les persécutions en Birmanie.

"Il y a suffisamment de travail pour eux, malgré cela ils quittent le pays de cette manière désastreuse", a déclaré Sheikh Hasina, citée par l'agence officielle Sangbad Sangstha, dans ses premiers propos sur la crise des migrants en Asie du Sud-Eest. Qualifiant les boat people de "malades mentaux" pour avoir fui le pays à la recherche d'emplois, elle a affirmé qu'ils auraient eu "une vie meilleure au Bangladesh". "Ils ternissent l'image du Bangladesh sur la scène internationale", a-t-elle ajouté. La Première ministre a appelé les autorités à arrêter le flot des migrants et à prendre des mesures contre les trafiquants d'êtres humains. Selon l'ONU, des milliers de migrants venant de Birmanie et du Bangladesh sont en perdition dans le golfe du Bengale alors que la mousson approche. La plupart des migrants bangladais cherchent à échapper à la pauvreté alors que les membres de la communauté musulmane des Rohingyas fuient les persécutions en Birmanie.