Le Premier ministre Edouard Philippe enregistre également un recul, de neuf points, sur la même période, passant de 56% à 47% de satisfaits.

Le chef de l'Etat a perdu 22 points de popularité depuis le premier baromètre Ifop-JDD publié il y a trois mois, juste après son élection. Au même moment, en 2012, son prédécesseur, le socialiste François Hollande, jouissait d'une popularité nettement plus élevée (54%) et celle de Nicolas Sarkozy (droite) était encore plus forte en 2007 (67%).

En août, 36% des sondés se disent "plutôt satisfaits" (-11) et 4% sont "très satisfaits" (-3) du président Macron. Simultanément, le total des mécontents passe de 43% à 57%, se répartissant entre "plutôt mécontents" (37%, +9) et "très mécontents" (20%, +5). 3% (=) des sondés ne se prononcent pas.

Selon cette enquête, le leader de La France insoumise (gauche radicale) Jean-Luc Mélenchon est considéré comme la personnalité politique la plus à même (59%) d'incarner l'opposition à Emmanuel Macron dans les années à venir, devant la présidente du Front national (extrême droite) Marine Le Pen (51%), Benoît Hamon (ex-PS) et Laurent Wauquiez (Les Républicains, droite), à 27% chacun.

Le Premier ministre Edouard Philippe enregistre également un recul, de neuf points, sur la même période, passant de 56% à 47% de satisfaits. Le chef de l'Etat a perdu 22 points de popularité depuis le premier baromètre Ifop-JDD publié il y a trois mois, juste après son élection. Au même moment, en 2012, son prédécesseur, le socialiste François Hollande, jouissait d'une popularité nettement plus élevée (54%) et celle de Nicolas Sarkozy (droite) était encore plus forte en 2007 (67%). En août, 36% des sondés se disent "plutôt satisfaits" (-11) et 4% sont "très satisfaits" (-3) du président Macron. Simultanément, le total des mécontents passe de 43% à 57%, se répartissant entre "plutôt mécontents" (37%, +9) et "très mécontents" (20%, +5). 3% (=) des sondés ne se prononcent pas. Selon cette enquête, le leader de La France insoumise (gauche radicale) Jean-Luc Mélenchon est considéré comme la personnalité politique la plus à même (59%) d'incarner l'opposition à Emmanuel Macron dans les années à venir, devant la présidente du Front national (extrême droite) Marine Le Pen (51%), Benoît Hamon (ex-PS) et Laurent Wauquiez (Les Républicains, droite), à 27% chacun.