Les festivités liées au mariage de Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président Tshisekedi et d'Hamida Shatur, ont débuté le 14 février par la rencontre des familles des mariés, suivie d'une cérémonie civile le lendemain, avant de s'achever par une soirée dansante samedi.

Sur les réseaux sociaux, des vidéos sur toutes les étapes sont partagées, y compris le passage de la mariée, issue d'une famille indienne installée en RDC, auprès de sa coiffeuse.

Plusieurs internautes se sont amusés à détailler la dot versée à la famille de la mariée et à la mariée, selon la coutume en RDC: "150.000 dollars, 32 vaches, une bague en diamant d'une valeur de 100.000 dollars, c'est le mariage du siècle", a ainsi écrit Hercule Mumbala, des chiffres similaires à ceux rapportés par d'autres sources et qui ont choqué, dans un pays parmi les plus pauvres au monde.

"C'est contraire à nos moeurs. On ne peut pas faire comme ça au sommet de l'État", a ainsi dénoncé parmi bien d'autres internautes India Omari, qui s'affiche sur Whatsapp comme partisan de l'ancien président Joseph Kabila.

"Il y a de l'exagération dans tout ça. Tout était dans le respect de nos traditions", a réagi un proche de M. Kamerhe.

Le sociologue congolais Richard Mukeba juge lui "normal" l'engouement des Congolais autour de ce mariage.

"Le marié est un acteur politique majeur et très populaire. Le côté glamour de Mme Hamida, qui est très jolie, attire sans doute la curiosité. Elle a eu trois enfants avec le très célèbre chanteur congolais Jean-Bedel Mpiana. Elle a aussi eu un enfant avec le millionnaire diamantaire Didi Kinuani avec qui ils avaient célébré des noces grandioses", a-t-il expliqué.

Ancien président de l'Assemblée nationale, plusieurs fois ministre, M. Kamerhe a été le directeur de campagne de Joseph Kabila lors de la présidentielle de 2006, avant de passer à l'opposition en 2011.

Candidat déclaré à la présidentielle du 30 décembre, il s'était désisté en faveur de Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur de cette élection, succédant ainsi à Joseph Kabila après 18 ans de pouvoir lors de la première passation pacifique du pouvoir en RDC depuis l'indépendance en 1960. Il a ensuite été nommé directeur de cabinet du nouveau chef d'Etat.