Selon un rapport de ce Bureau, 14 millions de personnes se retrouveraient ainsi exclues de la couverture maladie dès 2018 et 23 millions en 2026.

Le précédent texte, qui avait suscité d'importants mouvements de protestations, aurait privé de couverture maladie le même nombre de personnes l'an prochain et un million de moins à l'horizon 2026, avait estimé le CBO en mars. Si la nouvelle réforme était adoptée, le nombre de personnes sans couverture maladie atteindrait 51 millions en 2026 aux Etats-Unis, contre 28 millions si la loi emblématique de la présidence de Barack Obama était maintenue en place.

Le nouveau projet de loi a été adopté de justesse par la Chambre des représentants le 4 mai et doit désormais être examiné et voté par le Sénat avant d'être promulgué.

Son adoption permettrait, selon le CBO, de réduire de 119 milliards de dollars le déficit public américain entre 2017 et 2026, soit 32 milliards d'économies en moins qu'avec la précédente version du texte. Ce chantier législatif constitue un dossier crucial pour le président Trump qui a durement critiqué la réforme de l'assurance santé promue par son prédécesseur, promettant de l'"abroger et de la remplacer".

Surnommée Obamacare, l'Affordable Care Act de 2010 a permis de réduire à un plus bas historique le nombre de personnes sans couverture maladie aux Etats-Unis mais s'est également accompagné d'une flambée des primes d'assurance dans certains Etats.