Pourquoi la chrétienté serait-elle davantage compatible avec la démocratie que d'autres religions ?

La démocratie a deux dimensions : le pouvoir du " peuple en corps ", qui implique la limitation de celui des puissants, et l'acceptation du pluralisme, qui inclut le respect du droit des minorités. Le rejet des tyrans corrompus n'est pas spécifiquement chrétien. Par contre, vivre dans la pluralité, tolérer les oppositions... Comparons les réactions du monde musulman à la publication des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo à celles du monde chrétien à la parution de dessins antichrétiens tout aussi choquants. Ici, on les trouvera " indignes ", " ridicules "... Pour autant, on n'ira pas jusqu'à tuer les caricaturistes de l'hebdomadaire satirique. C'est lié à un substrat profond. Tous les personnages de l'Evangile sont à la fois bons et mauvais. Les " bons " - Pierre, Jean ou Jacques - ne sont pas si bons. Et les " mauvais " - le larron, la femme adultère, la Samaritaine - ne sont pas que mauvais. Dans le Coran, c'est différent. On y trouve non des personnages vivants mais des catégories de personnes. Or, quand les êtres disparaissent derrière les classifications, la tentation d'affrontements très durs est plus naturelle. Certes, il y a aussi des catégorisations dans la religion chrétienne. Mais c'est plus marqué dans l'islam.
...