Ils expliquent que " toute victime est, par nature, une victime substituée " parce qu'elle subit la violence à la place d'un autre, et que cette violence-là est " plus insidieuse, plus existentielle ". Elle se traduit par un sentim...