Armé d'un grand bouclier de Plexiglas, Danny s'efforce de couvrir la retraite des centaines de manifestants chassés par les gaz lacrymogènes. En ce dimanche 11 août, la police hongkongaise n'a pas attendu pour disperser la cohorte juvénile qui assiège le commissariat du quartier de Tsim Sha Tsui. La plupart des protestataires, vêtus de noir, portent un casque, des lunettes protectrices et un masque, histoire de préserver leur anonymat et d'atténuer la brûlure des nuages de " lacrymos ". Lycéen de 17 ans, Danny arbore, quant à lui, la tenue des révoltés enclins à batailler en première ligne : un véritable masque à gaz, des protections rigides cuirassant ses jambes et ses avant-bras, ainsi que cet imposant bouclier, acheté en ligne et déjà fissuré par une balle en caoutchouc.
...