"Le premier essai de bombe à hydrogène de la République a été mené avec succès à 10H00 (01H30 GMT) le 6 janvier 2016, sur le fondement de la détermination stratégique du Parti des travailleurs" au pouvoir, a annoncé un présentateur de la télévision officielle nord-coréenne.

"Avec le succès parfait de notre bombe H historique, nous rejoignons les rangs des Etats nucléaires avancés", a ajouté le présentateur, en précisant que l'engin testé était "miniaturisé".

Cet essai a été ordonné personnellement par le leader nord-coréen Kim Jong-Un et est intervenu deux jours avant son anniversaire.

Le mois dernier, le dirigeant nord-coréen avait laissé entendre lors d'une tournée d'inspection sur un site militaire que son pays avait mis au point une bombe à hydrogène, mais Washington avait mis en doute la véracité de ses propos.

Pyongyang a testé trois fois la bombe atomique A, qui utilise la fission nucléaire, en 2006, 2009 et 2013. Ces essais lui ont valu plusieurs volées de sanctions internationales.

Une bombe à hydrogène utilise, elle, la fusion et produit une explosion beaucoup plus puissante.

"Ce dernier test, qui est le produit de notre technologie et de notre main-d'oeuvre, confirme que les ressources technologiques que nous avons récemment développées sont bonnes et démontre scientifiquement l'impact de notre bombe H miniaturisée", a poursuivi mercredi le présentateur.

Réunion d'urgence

Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra une réunion d'urgence mercredi matin à New York à propos de l'annonce par Pyongyang d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen, ont annoncé des diplomates.

La réunion a été demandée par les Etats-Unis et le Japon et prendra la forme de consultations à huis clos entre les 15 pays membres.

A Washington, le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche a condamné les "provocations" du régime nord-coréen, auxquelles les Etats-Unis répondront "de façon appropriée".

Mais Washington n'était pas en mesure de "confirmer dans l'immédiat" l'essai nord-coréen ni s'il concernait une bombe H, que Pyongyang affirme avoir "miniaturisée".

"Le premier essai de bombe à hydrogène de la République a été mené avec succès à 10H00 (01H30 GMT) le 6 janvier 2016, sur le fondement de la détermination stratégique du Parti des travailleurs" au pouvoir, a annoncé un présentateur de la télévision officielle nord-coréenne."Avec le succès parfait de notre bombe H historique, nous rejoignons les rangs des Etats nucléaires avancés", a ajouté le présentateur, en précisant que l'engin testé était "miniaturisé".Cet essai a été ordonné personnellement par le leader nord-coréen Kim Jong-Un et est intervenu deux jours avant son anniversaire.Le mois dernier, le dirigeant nord-coréen avait laissé entendre lors d'une tournée d'inspection sur un site militaire que son pays avait mis au point une bombe à hydrogène, mais Washington avait mis en doute la véracité de ses propos.Pyongyang a testé trois fois la bombe atomique A, qui utilise la fission nucléaire, en 2006, 2009 et 2013. Ces essais lui ont valu plusieurs volées de sanctions internationales.Une bombe à hydrogène utilise, elle, la fusion et produit une explosion beaucoup plus puissante."Ce dernier test, qui est le produit de notre technologie et de notre main-d'oeuvre, confirme que les ressources technologiques que nous avons récemment développées sont bonnes et démontre scientifiquement l'impact de notre bombe H miniaturisée", a poursuivi mercredi le présentateur.Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra une réunion d'urgence mercredi matin à New York à propos de l'annonce par Pyongyang d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen, ont annoncé des diplomates.La réunion a été demandée par les Etats-Unis et le Japon et prendra la forme de consultations à huis clos entre les 15 pays membres.A Washington, le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche a condamné les "provocations" du régime nord-coréen, auxquelles les Etats-Unis répondront "de façon appropriée".Mais Washington n'était pas en mesure de "confirmer dans l'immédiat" l'essai nord-coréen ni s'il concernait une bombe H, que Pyongyang affirme avoir "miniaturisée".