"L'UE condamne la récente adoption par la Knesset de cette loi" -qui permet à Israël de s'approprier de nouvelles terres palestiniennes en Cisjordanie occupée, ndlr-, selon le communiqué. "Cette loi franchit un nouveau seuil dangereux en légalisant la saisie des droits de propriété palestiniens et en autorisant la confiscation de terrains palestiniens privés dans les territoires occupés", a estimé l'UE. "En adoptant cette nouvelle loi, le parlement israélien a légiféré sur le statut légal de terres à l'intérieur des territoires occupés, ce qui reste au-delà de sa juridiction", a-elle ajouté.

La loi a scandalisé les Palestiniens et les défenseurs d'une solution à deux Etats qui l'ont qualifiée de crime de guerre, de vol légalisé ou de pas de plus vers l'annexion de la Cisjordanie. De Londres au Caire - où se trouve le siège de la Ligue arabe -, en passant par Paris, Berlin, Ankara ou Amman, elle a suscité une série de condamnations de la communauté internationale, ouvertement inquiète d'un nouveau coup porté à une paix insaisissable entre Israéliens et Palestiniens.

En revanche, de façon tout à fait inhabituelle, les Etats-Unis n'ont pas fait de commentaires.

"L'UE condamne la récente adoption par la Knesset de cette loi" -qui permet à Israël de s'approprier de nouvelles terres palestiniennes en Cisjordanie occupée, ndlr-, selon le communiqué. "Cette loi franchit un nouveau seuil dangereux en légalisant la saisie des droits de propriété palestiniens et en autorisant la confiscation de terrains palestiniens privés dans les territoires occupés", a estimé l'UE. "En adoptant cette nouvelle loi, le parlement israélien a légiféré sur le statut légal de terres à l'intérieur des territoires occupés, ce qui reste au-delà de sa juridiction", a-elle ajouté.La loi a scandalisé les Palestiniens et les défenseurs d'une solution à deux Etats qui l'ont qualifiée de crime de guerre, de vol légalisé ou de pas de plus vers l'annexion de la Cisjordanie. De Londres au Caire - où se trouve le siège de la Ligue arabe -, en passant par Paris, Berlin, Ankara ou Amman, elle a suscité une série de condamnations de la communauté internationale, ouvertement inquiète d'un nouveau coup porté à une paix insaisissable entre Israéliens et Palestiniens.En revanche, de façon tout à fait inhabituelle, les Etats-Unis n'ont pas fait de commentaires.