Selon la version de Moscou, un avion de combat F-18 de l'Otan a "tenté d'approcher" le Tupolev Tu-214 de M. Choïgou dans l'espace aérien international au large des pays baltes, mais il a été forcé de s'éloigner par des chasseurs Sukhoi Su-27 de la marine russe qui l'escortaient. Selon un correspondant de l'agence de presse Tass qui se trouvait à bord, le ministre rentrait à Moscou après avoir visité une compétition militaire à Kaliningrad, l'enclave russe coincée entre la Pologne et la Lituanie, et assisté à la pose de la première pierre d'une nouvelle académie navale.

La porte-parole de l'Otan, Oana Lungescu, a affirmé mercredi que deux avions participant à la mission de l'Alliance atlantique de défense de l'espace aérien estonien, letton et lituanien appelée "Baltic Air Policing" (BAP) ont effectué mardi en début d'après-midi un décollage d'alerte ("scramble" en jargon) pour identifier visuellement le Tupolev, soulignant qu'il s'agissait d'une procédure "de routine".

Selon elle, le Tu-214 disposait d'un "plan de vol valide", ce qui n'était pas le cas des deux chasseurs Su-27, "qui volaient sans plan de vol, avaient coupé leur transpondeur (qui permet d'identifier un avion par une signature électronique, ndlr) et ne communiquaient pas avec le contrôle du trafic aérien".

"Les deux chasseurs de l'Otan ont surveillé les avions à une distance sûre, mais l'un des chasseurs russe a effectué une manoeuvre peu sûre, en coupant la trajectoire de l'un des avions de l'Otan", a ajouté Mme Lungescu dans une déclaration à la presse.