Ces tirs étaient la première réponse militaire de Téhéran à l'assassinat de l'influent général iranien Qassem Soleimani par une attaque de drone américain en Irak le 3 janvier. Les milices pro-iraniennes en Irak ont également annoncé mercredi des attaques de représailles contre les troupes américaines.

"L'Otan exhorte l'Iran à s'abstenir de toute nouvelle violence", a affirmé Jens Stoltenberg sur son compte Twitter. Un responsable de l'Alliance a par ailleurs assuré qu'aucune victime n'était à déplorer parmi les effectifs de la mission de l'Otan s'occupant de former les forces irakiennes.

En raison des tensions croissantes dans la région, l'Otan a suspendu samedi dernier ses opérations d'entraînement de l'armée irakienne. Et mardi, l'organisation a annoncé qu'une partie du personnel qui y est stationné serait temporairement transféré à l'étranger pour des raisons de sécurité.

Depuis octobre 2018, l'Alliance entraînait les forces irakiennes à la demande de Bagdad pour empêcher le retour de l'Etat islamique.

Ces tirs étaient la première réponse militaire de Téhéran à l'assassinat de l'influent général iranien Qassem Soleimani par une attaque de drone américain en Irak le 3 janvier. Les milices pro-iraniennes en Irak ont également annoncé mercredi des attaques de représailles contre les troupes américaines. "L'Otan exhorte l'Iran à s'abstenir de toute nouvelle violence", a affirmé Jens Stoltenberg sur son compte Twitter. Un responsable de l'Alliance a par ailleurs assuré qu'aucune victime n'était à déplorer parmi les effectifs de la mission de l'Otan s'occupant de former les forces irakiennes. En raison des tensions croissantes dans la région, l'Otan a suspendu samedi dernier ses opérations d'entraînement de l'armée irakienne. Et mardi, l'organisation a annoncé qu'une partie du personnel qui y est stationné serait temporairement transféré à l'étranger pour des raisons de sécurité. Depuis octobre 2018, l'Alliance entraînait les forces irakiennes à la demande de Bagdad pour empêcher le retour de l'Etat islamique.