"La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) et ses partenaires les forces armées congolaises et la police nationale, continueront à travailler ensemble pour ramener la paix et la sécurité dans la région", a déclaré le patron de l'ONU. Des officiels se sont interrogés sur ce soutien ces derniers jours. "Nous ferons tout pour mettre fin au fléau de l'insécurité dans cette région", a-t-il insisté.

La région de Beni est le théâtre depuis 2014 du massacre de centaines de civils. Des tueries attribuées par les autorités à la milice ougandaise des Forces démocratiques alliées (ADF).

1.662 soldats tués depuis 2014 dans la région de Beni face aux ADF

Les forces armées de la République démocratique du Congo ont affirmé samedi qu'elles avaient perdu 1.662 hommes depuis 2014 dans la région de Beni (est) où elles annoncent une prochaine offensive contre la redoutable milice ADF d'origine ougandaise.

C'est la première fois que l'armée communique sur ses pertes dans l'opération Sokola 1 dans cette partie de la province du Nord-Kivu, qui vise aussi des groupes armés congolais traditionnels, les rebelles Maï Maï.

"Nous nous apprêtons à renforcer les opérations sur le terrain", a déclaré à deux médias, dont l'AFP, le porte-parole adjoint de l'armée congolaise, le général Sylvain Ekenge. Un nouveau commandement vient d'être installé à la tête de Sokola 1.

L'objectif est de "mettre un terme à la nébuleuse des ADF" (Forces démocratiques alliées), a-t-il ajouté. "Ce sont de vrais terroristes".

Repliés en brousse et en forêt, les ADF sont accusées du massacre de centaines de civils autour de Beni depuis octobre 2014. Ils sont aussi accusés d'avoir tué 15 Casques bleus dans la région de Beni en décembre 2017, et six à sept autres en novembre.

"On va mener des opérations d'envergure seul ou avec des partenaires", a ajouté le porte-parole militaire, allusion à la force de la Mission des Nations unies (Monusco) également présente dans la région de Beni.

"Tout ce que nous voulons c'est que la Monusco puisse jouer son rôle", a-t-il ajouté, observant un certain repli de la force d'intervention rapide onusienne dans la région.

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, est attendu dimanche à Beni.

"Nous sommes entièrement aux côtés des autorités congolaises dans la lutte contre les ADF", a déclaré M. Guterres samedi à son arrivée à Goma.