"Les mois d'été offrent aux gouvernements une occasion en or de mettre en place un ensemble de mesures qui contribueront à faire baisser les taux d'infection et à éviter de recourir à la fermeture des écoles", a indiqué le directeur Europe de l'institution onusienne, Hans Kluge.

Dans un communiqué conjoint avec l'Unesco et l'Unicef, il a estimé que la fermeture des écoles avait eu "un effet néfaste sur l'éducation et le bien-être social et mental de nos enfants et de nos jeunes".

"Nous ne pouvons pas permettre à la pandémie de priver les enfants de leur éducation et de leur développement"

Selon les nouvelles recommandations publiées vendredi, les tests "devraient être en priorité réalisés sur des enfants avec des symptômes" quand ils appartiennent à un groupe à risque.

Mais les tests "doivent également être envisagés" en cas d'infection pour les cas contacts asymptomatiques.

En revanche, les tests ne sont pas recommandés quand aucun cas n'a été détecté dans l'école, a précisé l'OMS à l'AFP.

"Nous ne pouvons pas permettre à la pandémie de priver les enfants de leur éducation et de leur développement", a souligné M. Kluge, qui a plusieurs fois appelé les gouvernements des 53 territoires de la région Europe de l'OMS à lutter contre le décrochage de certains, lié à l'enseignement à distance.

Pour les institutions onusiennes, la fermeture des écoles ne devrait être envisagée qu'en dernier recours, seulement s'il y a "une explosion des cas ou que la transmission dans la communauté ne peut être contrôlée par aucune autre mesure".

La branche européenne de l'OMS avait prévenu jeudi que les cas de Covid-19 avaient recommencé à augmenter en Europe après dix semaines consécutives de recul, sur fond de montée du variant Delta plus contagieux.

"Il y aura une nouvelle vague dans la région européenne, sauf si nous restons disciplinés", avait affirmé Hans Kluge, selon lequel l'OMS Europe prévoit que le variant dit Delta, initialement détecté en Inde, devienne "dominant" d'ici août.

"Les mois d'été offrent aux gouvernements une occasion en or de mettre en place un ensemble de mesures qui contribueront à faire baisser les taux d'infection et à éviter de recourir à la fermeture des écoles", a indiqué le directeur Europe de l'institution onusienne, Hans Kluge.Dans un communiqué conjoint avec l'Unesco et l'Unicef, il a estimé que la fermeture des écoles avait eu "un effet néfaste sur l'éducation et le bien-être social et mental de nos enfants et de nos jeunes".Selon les nouvelles recommandations publiées vendredi, les tests "devraient être en priorité réalisés sur des enfants avec des symptômes" quand ils appartiennent à un groupe à risque.Mais les tests "doivent également être envisagés" en cas d'infection pour les cas contacts asymptomatiques.En revanche, les tests ne sont pas recommandés quand aucun cas n'a été détecté dans l'école, a précisé l'OMS à l'AFP."Nous ne pouvons pas permettre à la pandémie de priver les enfants de leur éducation et de leur développement", a souligné M. Kluge, qui a plusieurs fois appelé les gouvernements des 53 territoires de la région Europe de l'OMS à lutter contre le décrochage de certains, lié à l'enseignement à distance.Pour les institutions onusiennes, la fermeture des écoles ne devrait être envisagée qu'en dernier recours, seulement s'il y a "une explosion des cas ou que la transmission dans la communauté ne peut être contrôlée par aucune autre mesure".La branche européenne de l'OMS avait prévenu jeudi que les cas de Covid-19 avaient recommencé à augmenter en Europe après dix semaines consécutives de recul, sur fond de montée du variant Delta plus contagieux."Il y aura une nouvelle vague dans la région européenne, sauf si nous restons disciplinés", avait affirmé Hans Kluge, selon lequel l'OMS Europe prévoit que le variant dit Delta, initialement détecté en Inde, devienne "dominant" d'ici août.