Téhéran avait accusé le navire, le MT Riah, de transporter du pétrole de contrebande, dans le contexte de tensions grandissantes entre le gouvernement iranien, le Royaume-Uni et les Etats-Unis au sujet de la navigation dans le détroit d'Ormuz.

Le site internet TankerTrackers de suivi des transports pétroliers a rapporté que le MT Riah était entré dans les eaux iraniennes le 14 juillet et avait cessé peu après d'émettre des signaux.

Le ministère indien des Affaires étrangères n'a donné aucun détail concernant la libération des neuf personnes.

Vingt-et-un Indiens sont encore détenus par les Iraniens dont trois membres de l'équipage du MT Riah et 18 du pétrolier suédois Stena Impero battant pavillon britannique, capturé par les forces iraniennes la semaine dernière.

Soupçonnés de "non-respect du code maritime international", le Stena Impero et son équipage de 23 personnes ont été retenus au large du port de Bandar Abbas, dans le sud de l'Iran. En plus des 18 Indiens, s'y trouvent trois Russes, un Letton et un Philippin.

L'Inde a annoncé jeudi que ses diplomates en Iran avaient eu accès à l'équipage du Stena Impero.

"Les 18 membres d'équipage indiens à bord sont sains et saufs. Allons continuer à oeuvrer pour leur libération", a déclaré sur Twitter le ministre adjoint des Affaires étrangères V Muraleedharan.

La saisie du pétrolier a exacerbé les tensions entre les pays occidentaux et l'Iran nées en avril lorsque les Etats-Unis ont annoncé qu'ils sanctionneraient les pays achetant du pétrole à l'Iran.

L'Iran a laissé entendre qu'il serait prêt à échanger le Stena Impero contre un navire iranien, Grace 1, détenu à Gibraltar et accusé de transporter du pétrole iranien vers la Syrie en violation des sanctions internationales.