Dans son texte, le Conseil de sécurité demande "la reprise de négociations globales, sans tarder, sur les arrangements politiques et de sécurité nécessaires pour mettre un terme au conflit et renouer avec une transition pacifique".

Depuis les accords de Stockholm en décembre, l'émissaire de l'ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, n'a pas été en mesure de réunir à nouveau les belligérants pour tenter de progresser vers la paix.

Le Conseil de sécurité "est favorable à un règlement politique négocié dans le cadre duquel toutes les parties puissent participer à un dialogue sans exclusive permettant de régler les différends et de répondre aux préoccupations légitimes de tous les Yéménites, y compris dans le Sud", précise sa déclaration.

Le gouvernement au Yémen a accusé jeudi les Emirats arabes unis d'avoir mené des frappes aériennes contre ses troupes dans la "capitale provisoire" Aden, en soutien aux séparatistes qui affirment avoir repris le contrôle de cette ville du sud du pays.

Depuis 2014, le conflit au Yémen entre rebelles Houthis et gouvernement soutenu par une coalition dirigée par Ryad a fait des dizaines de milliers de morts dont de nombreux civils d'après des ONG.

Selon l'ONU, il a aussi plongé le pays dans la pire crise humanitaire au monde.