On nous dit continuellement que l'Etat islamique est une grave menace. Mais qu'est-ce que cela signifie ? Est-il possible de quantifier l'ampleur réelle de l'Etat islamique ? Kathy Gilsinan, de The Atlantic, fait le point en chiffres sur les contrôles de territoires, les forces armées et le nombre d'attaques meurtrières. Conclusion : "l'EI n'est pas si puissant que les gens semblent l'imaginer".

Selon le Pentagone, l'Etat islamique a perdu, entre 2014 à 2016, 40% des territoires qui étaient sous son contrôle en Irak, et 10% en Syrie, après un an de bombardements. L'étendue de son territoire se réduit. Les personnes qui vivent dans les territoires occupés par l'EI représentent entre 6 et 7 millions de personnes, mais tous ne sont pas membres de l'organisation terroriste.

Pour se donner une idée du nombre de leurs membres, il faut plutôt regarder la taille de leur force armée. En 2014, la CIA l'estimait à 40.000 personnes. Récemment, le Pentagone a revu ce chiffre à la baisse, aux alentours de 15.000 combattants. Il semblerait donc que l'EI ait perdu la moitié de ses soldats, même s'ils recrutent énormément de personnes. Il y a aussi les personnes présentes en dehors de ces territoires. Cependant, certains se proclament sympathisants de l'EI, mais ne sont pas directement liés au groupe, comme c'était le cas avec la fusillade de San Bernardino. La liaison avec l'EI était plus directe concernant les attaquants de Paris et de Bruxelles.

On nous dit continuellement que l'Etat islamique est une grave menace. Mais qu'est-ce que cela signifie ? Est-il possible de quantifier l'ampleur réelle de l'Etat islamique ? Kathy Gilsinan, de The Atlantic, fait le point en chiffres sur les contrôles de territoires, les forces armées et le nombre d'attaques meurtrières. Conclusion : "l'EI n'est pas si puissant que les gens semblent l'imaginer". Selon le Pentagone, l'Etat islamique a perdu, entre 2014 à 2016, 40% des territoires qui étaient sous son contrôle en Irak, et 10% en Syrie, après un an de bombardements. L'étendue de son territoire se réduit. Les personnes qui vivent dans les territoires occupés par l'EI représentent entre 6 et 7 millions de personnes, mais tous ne sont pas membres de l'organisation terroriste. Pour se donner une idée du nombre de leurs membres, il faut plutôt regarder la taille de leur force armée. En 2014, la CIA l'estimait à 40.000 personnes. Récemment, le Pentagone a revu ce chiffre à la baisse, aux alentours de 15.000 combattants. Il semblerait donc que l'EI ait perdu la moitié de ses soldats, même s'ils recrutent énormément de personnes. Il y a aussi les personnes présentes en dehors de ces territoires. Cependant, certains se proclament sympathisants de l'EI, mais ne sont pas directement liés au groupe, comme c'était le cas avec la fusillade de San Bernardino. La liaison avec l'EI était plus directe concernant les attaquants de Paris et de Bruxelles.