Plus haut responsable militaire de son pays, Momcilo Perisic, 67 ans, a été condamné par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à 27 années de prison pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre.

Au cours d'une audience à La Haye, siège du TPIY, le juge Bakone Moloto a déclaré : "Pour ces crimes, la chambre vous condamne, à la majorité, à une peine de 27 ans d'emprisonnement".

Le tribunal a estimé que Perisic a, dans le cadre de ses fonctions, procuré personnel, armement et aide logistique à l'Armée des Serbes de Bosnie (VRS) et à la SVK, l'Armée de la
Krajina serbe (entité serbe autoproclamée en Croatie). Et ceci, en étant conscient du fait qu'ils seraient utilisés pour commettre des crimes.

Le siège de la capitale bosniaque Sarajevo (1992-1995), le bombardement de Zagreb par les Serbes de Croatie en mai 1995 et le massacre de près de 8.000 Musulmans à Srebrenica en juillet 1995... telles sont les charges qui pesaient contre Perisic.

A la tête de l'état-major de l'armée yougoslave (VJ) entre 1993 et 1998, ce dernier a été reconnu coupable au titre de douze chefs d'accusation dont meurtres, persécutions pour des motifs politiques, raciaux et religieux et attaques contre des civils.

Levif.be, avec Belga

Plus haut responsable militaire de son pays, Momcilo Perisic, 67 ans, a été condamné par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à 27 années de prison pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre.Au cours d'une audience à La Haye, siège du TPIY, le juge Bakone Moloto a déclaré : "Pour ces crimes, la chambre vous condamne, à la majorité, à une peine de 27 ans d'emprisonnement". Le tribunal a estimé que Perisic a, dans le cadre de ses fonctions, procuré personnel, armement et aide logistique à l'Armée des Serbes de Bosnie (VRS) et à la SVK, l'Armée de la Krajina serbe (entité serbe autoproclamée en Croatie). Et ceci, en étant conscient du fait qu'ils seraient utilisés pour commettre des crimes. Le siège de la capitale bosniaque Sarajevo (1992-1995), le bombardement de Zagreb par les Serbes de Croatie en mai 1995 et le massacre de près de 8.000 Musulmans à Srebrenica en juillet 1995... telles sont les charges qui pesaient contre Perisic. A la tête de l'état-major de l'armée yougoslave (VJ) entre 1993 et 1998, ce dernier a été reconnu coupable au titre de douze chefs d'accusation dont meurtres, persécutions pour des motifs politiques, raciaux et religieux et attaques contre des civils. Levif.be, avec Belga