Mise à jour automatique:
On
Off
De nieuwste eerst De oudste eerst

La population se proclame en défaveur de l'indépendance

La population écossaise s'est proclamée en défaveur de l'indépendance, selon des résultats définitifs partiels du référendum pour l'indépendance de l'Écosse. Le vice-Premier ministre Nicola Sturgeon a reconnu la défaite vraisemblable du 'Oui' sur les ondes de la BBC, selon laquelle le camp du 'Non' a réuni plus de 54% des suffrages.

Ces résultats sont tombés avec retard, à 6h00 (heure belge), du fait de l'impressionnant taux de participation, qui s'élève à 84%. Parmi les rares exceptions en-dessous des 80%, figure la ville de Glasgow, où la participation s'est établie à 75%.

Sur les 26 circonscriptions dépouillées (sur un total de 32), seules 4 ont donné la victoire au 'oui'.

Le non en tête à 54%, selon le dépouillement de plus de la moitié des bulletins

Les résultats définitifs partiels du référendum sur l'indépendance écossaise, portant sur 23 des 32 circonscriptions, soit 58,7% des bulletins dépouillés, donnent le non en tête à 54% devant le oui à 46%.

Ces résultats sont tombés avec retard, à 06H00 heure belge, du fait de l'impressionnant taux de participation, qui s'établit à 84%. Parmi les rares exceptions en-dessous des 80% figure la ville de Glasgow, où la participation s'est établie à 75%.

Sur les 23 circonscriptions dépouillées, 20 ont donné la victoire au non tandis que trois - Dundee, West Dunbartonshire, Glasgow and North Lanarkshire - se sont prononcées en faveur du oui.

Les tout premiers résultats sortent des urnes et donnent le 'non' vainqueur

Les premiers résultats du référendum sur l'indépendance de l'Ecosse ont commencé à être publiés dans la nuit de jeudi à vendredi. A Clackmannanshire, un comté situé au milieu du territoire écossais, 46% des votants se sont prononcés en faveur de l'indépendance tandis que 54% ont répondu non à la question "L'Ecosse doit-elle devenir un pays indépendant?". Le taux de participation y était de 88,6%.

Les bureaux de vote ferment

Les bureaux de vote ont fermé jeudi soir à 22h00 (21h00 GMT) pour le référendum sur l'indépendance de l'Ecosse, une consultation historique dont les résultats seront connus vendredi matin et qui pourrait conduire à l'éclatement du Royaume-Uni.

Les séparatistes européens au soutien du "Yes" écossais

Québécois, Catalans ou encore Corses et Flamands ont signé une déclaration commune regroupant en tout 29 partis nationalistes européens jeudi à Edimbourg, où ils sont venus soutenir le oui à l'indépendance de l'Ecosse.

"Ecossais, votez oui, pour vous mais aussi pour nous", a lancé Daniel Turp, membre du Parti Québecois lors d'une conférence de presse de l'Alliance libre européenne (ALE). Comme les autres participants, il mise sur un effet de contagion en cas de victoire des indépendantistes écossais au référendum.

Indépendantiste catalan, le député européen Josep Maria Terricabras a estimé qu'il était temps que la Grande-Bretagne et l'Ecosse divorcent et que la Catalogne ait droit aussi à son référendum. "Les Ecossais ne peuvent plus avoir d'enfants avec les Anglais et les Catalans ne peuvent plus avoir d'enfants avec les Espagnols", s'est-il enflammé. "C'est un festin démocratique. Si l'Europe a peur de ça, alors je n'aime pas l'Europe", a-t-il ajouté.

Les représentants de 29 partis nationalistes ont ensuite signé une déclaration commune dans laquelle ils ont renouvelé leur engagement envers le principe d'autodétermination des nations.

Hollande met en garde contre la "dilution", les "séparatismes" et les "égoïsmes"

Le président français François Hollande a mis en garde ce jeudi contre un "projet européen" qui "se dilue" et ouvre la voie aux "égoïsmes" et aux "séparatismes", en allusion notamment au référendum sur l'indépendance de l'Ecosse, rapporte Belga.

"L'Europe, elle doit être une protection, elle ne l'est pas aujourd'hui. En tous cas, elle n'est pas ressentie comme telle", a regretté le chef de l'Etat français lors d'une conférence de presse semestrielle à Paris. "Si le projet européen se dilue, la voie est ouverte, et on la voit empruntée, aux égoïsmes, aux populismes, aux séparatismes", a-t-il déclaré en soulignant que "tous les scrutins européens ne sonnent plus comme des avertissements, mais comme des tocsins".

"Qui peut dire ce que sera le résultat du référendum en Ecosse, qui peut décider de l'avenir du Royaume-Uni mais aussi de celui de l'Europe", a-t-il ajouté.

L'horaire des résultats

Voici un graphique du Guardian qui donne une idée de l'heure à laquelle les résultats du vote devraient être connus dans les différentes régions d'Écosse. Pour rappel, il y a une heure de décalage horaire.

La campagne "Better Together" continue (vidéo)

Il n'y a pas que le Scottish National Party qui continue à faire campagne jusqu'au bout. "Better Together", qui soutient le 'No' à l'indépendance écossaise, est toujours là. L'ancien Premier ministre britannique et né Ecossais, Gordon Brown (travailliste) est convaincu que la "majorité silencieuse ne sera plus silencieuse."

"Nous sommes fiers du Parlement écossais que nous - pas le SNP - avons construit."

L'Écosse indépendante attirerait plus les touristes belges (sondage)

Selon un sondage du site de voyage GoEuro, 68 % des Belges interrogés considèrent qu'une Écosse indépendante serait une destination touristique plus intéressante et plus attirante. Par contre, 52 % des Hollandais se disent moins séduits. Pour les Espagnols, les Italiens et les Français, l'indépendance ne modifiera pas leur opinion. Quant aux Allemands, ils y sont complètement indifférents.

GoEuro
© GoEuro
Vincent genot
par Vincent genot

En images : les Écossais se rendent aux urnes

Découvrez en images, tous ces hommes et femmes qui se rendent aux urnes pour exprimer leur opinion.

Reuters
© Reuters
Vincent genot
par Vincent genot

"C'est le jour le plus excitant de toute ma vie"

Marie Gathon
par Marie Gathon

Une vidéo pour comprendre pourquoi l'Écosse réclame son indépendance

Voici une vidéo pour comprendre pourquoi l'Écosse réclame son indépendance

Capture d'écran The Guardian
© Capture d'écran The Guardian

En images : les Unes des quotidiens britanniques

Voici en images les différentes Unes de la presse britannique concernant le référendum.

DR
© DR
Marie Gathon
par Marie Gathon

Un peu de musique

Un peu de musique : Scotland the brave.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Image insolite à Édimbourg

Image insolite à Édimbourg...

Les Ecossais interrogés à la sortie des urnes (vidéo)

Le quotidien britannique The Guardian a interrogé des Écossais dans la rue. Ils sont tous conscients que ce jour est important et que leur vote peut changer l'avenir de leur région.

Muriel Lefevre
par Muriel Lefevre

Sur la route du Whisky

De quoi patienter en attendant les résultats... Quelques images de la route du whisky en Ecosse.

Philippe Berkenbaum
© Philippe Berkenbaum
Vincent genot
par Vincent genot

Andy Murray twitte pour l'indépendance

Le joueur de tennis Andy Murray a suggéré sur Twitter qu'il soutenait le oui à l'indépendance de l'Ecosse, sa région natale.

Vincent genot
par Vincent genot

Barack Obama souhaite au Royaume-Uni de rester "fort et uni"

Le président des Etats-Unis Barack Obama a fait part de son espoir que Royaume-Uni reste "fort et uni".

Marie Gathon
par Marie Gathon

Les résultats du dernier sondage

Les derniers sondages ont donné un léger avantage aux tenants du maintien de l'union, mais avec un nombre d'indécis suffisamment important pour faire pencher la balance.

Cette indépendance "faisons-la!"Le leader des indépendantistes et Premier ministre écossais, Alex Salmond, dans une lettre solennelle publiée par la presse mercredi.
Marie Gathon
par Marie Gathon

En images : Ils vont voter 'oui' ou 'non' à l'indépendance de l'Écosse

Vincent genot
par Vincent genot

Les bureaux de vote sont ouverts

Les 2.600 bureaux de vote écossais ouvrent leurs portes à 7h00 locales (6h00 GMT) et ferment à 22h00 (21h00 GMT). Les premiers résultats sont attendus vendredi au petit matin.

Reuters
© Reuters