Dirigeant respecté, Soleil brillant du XXIe siècle, Little Rocketman: les surnoms du leader nord-coréen Kim Jung-un ne manquent pas. Pourtant, nous ne savons presque rien de sa vie. Anne Fifield, correspondante en Chine pour le Washington Post, s'est rendue plusieurs fois en Corée du Nord ces dernières années. Elle s'est entretenue avec de nombreux réfugiés nord-coréens dans les pays asiatiques, avec des représentants officiels du régime et est même partie à la recherche des anciens camarades de classe de Kim. Cette quête, qui a duré des années, a abouti à la biographie intitulée The Great Successor.

La vie de Kim est pleine d'intrigues, de comptes à rendre et d'impitoyabilité absolue. Parce que s'il y a un cliché que Fifield veut combattre, c'est l'idée que Kim Jung-un - comme Donald Trump l'a dit avec éloquence - est " un fou furieux". "Nous avons tendance à voir Kim comme une sorte de méchant James Bond, d'autant plus qu'il est, bien sûr, une figure comique. Mais ne vous y trompez pas : Kim Jung-un est un stratège impitoyable, qui est arrivé au pouvoir d'une manière très calculée. Tout le monde pensait que la Corée du Nord était au bord de l'effondrement quand il est arrivé au pouvoir. Mais on ne peut être fou et rester au pouvoir en Corée du Nord pendant huit ans. Surtout quand on est si jeune, et totalement inapte à diriger un pays."

Comprenez-vous mieux le pays après un voyage en Corée du Nord, ou avez-vous simplement plus de questions?

(rires) Voyager en Corée du Nord est une expérience frustrante. Vous savez qu'on vous montre uniquement ce qu'on veut que vous voyiez. Et bien sûr, vous ne pouvez parler à personne. Mais même là, c'est intéressant. La dernière fois à Pyongyang, j'ai remarqué à quel point on construit. Aujourd'hui, il y a d'énormes nouveaux blocs de construction à Pyongyang. Cependant, j'ai remarqué qu'il n'y a pas assez d'électricité pour les ascenseurs. Cela en dit long sur la façon dont les Nord-Coréens doivent vivre.

Malgré son incompétence en tant que leader, Kim Jung-un a changé la Corée du Nord.

Absolument. Il a surtout réussi à stimuler l'esprit d'entreprise. Alors qu'auparavant le commerce privé était interdit, presque toutes les villes et tous les villages ont maintenant un marché. Chaque jour, le gouvernement gagne des millions en louant des emplacements. Depuis peu, certains Nord-Coréens réussissent à subvenir à leurs besoins indépendamment du gouvernement. En général, on peut dire que la vie est devenue un petit peu moins terrible. Cela crée aussi des risques.

De quelle manière ?

Parce que tout ce commerce, surtout avec la Chine, apporte aussi des informations dans le pays. Les Nord-Coréens parlent évidemment de ce qu'ils voient en Chine, d'où ils rapportent des DVD. Et cette prospérité croissante peut, bien sûr, changer les attentes. Kim Jung-un a grandi en Suisse et a certainement eu des cours sur la Révolution française. Je me demande s'il se souvient encore de ces leçons. Peut-être qu'il ne s'en souvient pas, il n'était pas vraiment un élève exemplaire.

Avez-vous des indications que la rébellion s'intensifie ?

Il n'y a actuellement aucune raison de croire que ce soit le cas. Le contrôle et la répression sont si stricts que personne n'ose parler. Toute critique est considérée comme un crime politique. Les Nord-Coréens coupables de ce crime valsent dans un camp pénitentiaire, avec leurs parents et leurs enfants. Comme un réfugié nord-coréen me l'a dit un jour, vous ne pouvez pas changer le système. Vous ne pouvez qu'essayer d'y échapper.

Comment qualifieriez-vous le leadership de Kim Jung-un?

Il règne en leader charismatique, à l'image de son grand-père. Contrairement à son père, il apparaît constamment en public. Au sein de l'élite, il tient fermement les rênes. Ces dernières années, littéralement tous les conseillers et les hauts responsables du régime ont été dans un camp de rééducation. Il a même osé exécuter son oncle Jang Song-taek. Le message est clair : personne n'est en sécurité.

Kim Jung-un est - si je puis dire - le seul gros homme dans un pays où sévissent de terribles famines. N'est-ce pas un problème pour son image?

Être gros dans les pays asiatiques est un signe de richesse et de pouvoir, ne serait-ce que parce que dans de nombreux pays il est très difficile de devenir gros. C'est une façon pour Kim de se démarquer. Cela dit, il pourrait aussi se distinguer s'il pesait 50 kilos de moins. C'est un fumeur invétéré, il a de graves problèmes respiratoires et il semble qu'il pourrait avoir une crise cardiaque à tout moment. Il est remarquable qu'une personne qui est obsédée par l'idée de rester au pouvoir le plus longtemps possible ait un mode de vie aussi malsain. Mais personne n'ose le lui faire remarquer. Parler du poids de Kim Jung-un est considéré comme un crime politique.

Comment l'Occident devrait-il faire face à la menace nord-coréenne?

Le régime nord-coréen a construit son pouvoir en éloignant la population de l'information. Je ne pense pas qu'essayer de s'emparer de la Corée du Nord soit une bonne stratégie. Au-delà de l'aspect politique, nous devons essayer d'impliquer les Nord-Coréens. Qu'ils étudient en Occident, qu'ils invitent leurs orchestres, qu'ils montrent que les Occidentaux ne sont pas les diables incarnés évoqués dans la propagande nord-coréenne.

Pour Kim Jung-un, ça n'a pas fonctionné.

(rires) J'espère qu'il est l'exception à la règle. D'un autre côté, il faut croire que la cause de la révolte peut être vraiment minime. Voyez comment la mort d'un vendeur sur le marché a déclenché le printemps arabe. Qui sait ce qui sera nécessaire en Corée du Nord?