Mettre fin à ces collaborations "fait partie du processus qu'il poursuit alors qu'il consacre progressivement son attention à une potentielle course à la présidentielle", a déclaré Kristy Campbell, la porte-parole de Jeb Bush, au journal. "C'est une étape naturelle de plus", a-t-elle ajouté.

Le 16 décembre, Jeb Bush, qui a 61 ans, avait pris ses rivaux de court en annonçant qu'il se lançait dans la course à la présidence. Il doit commencer à sillonner le pays dès ce mois-ci pour tester l'enthousiasme de la base républicaine et commencer à récolter les premiers des centaines de millions de dollars dont il aura besoin pour avoir une chance d'éliminer ses rivaux à la primaire républicaine et ensuite son adversaire démocrate.

A ce stade très prématuré, les sondages le placent légèrement en tête des primaires républicaines, mais perdant dans un match contre la démocrate Hillary Clinton, qui n'a pas déclaré ses intentions, mais dont tout le monde est convaincu qu'elle tentera elle aussi de remplacer Barack Obama à la Maison Blanche.

La machine politique de la famille Bush, affinée pour l'élection à la présidence du père de Jeb, George H.W Bush et ensuite de son frère George W. Bush à deux reprises, sera difficile à contrer pour les adversaires de l'ex-gouverneur de Floride dans son propre parti.

Mettre fin à ces collaborations "fait partie du processus qu'il poursuit alors qu'il consacre progressivement son attention à une potentielle course à la présidentielle", a déclaré Kristy Campbell, la porte-parole de Jeb Bush, au journal. "C'est une étape naturelle de plus", a-t-elle ajouté. Le 16 décembre, Jeb Bush, qui a 61 ans, avait pris ses rivaux de court en annonçant qu'il se lançait dans la course à la présidence. Il doit commencer à sillonner le pays dès ce mois-ci pour tester l'enthousiasme de la base républicaine et commencer à récolter les premiers des centaines de millions de dollars dont il aura besoin pour avoir une chance d'éliminer ses rivaux à la primaire républicaine et ensuite son adversaire démocrate. A ce stade très prématuré, les sondages le placent légèrement en tête des primaires républicaines, mais perdant dans un match contre la démocrate Hillary Clinton, qui n'a pas déclaré ses intentions, mais dont tout le monde est convaincu qu'elle tentera elle aussi de remplacer Barack Obama à la Maison Blanche. La machine politique de la famille Bush, affinée pour l'élection à la présidence du père de Jeb, George H.W Bush et ensuite de son frère George W. Bush à deux reprises, sera difficile à contrer pour les adversaires de l'ex-gouverneur de Floride dans son propre parti.