"Alors je porterai des vêtements de deuil ! ", a répondu mardi soir M. Juncker, interrogé sur ce qu'il ferait si Mme Le Pen devenait présidente, dans une interview à la chaîne de télévision publique allemande ZDF enregistrée à Bruxelles.

Tous les sondages donnent jusqu'à présent la dirigeante du Front national (extrême droite) qualifiée au second tour de la présidentielle 2017. Elle serait toutefois battue au second tour.

Au cours de cet entretien réalisé en allemand, le chef de l'exécutif européen s'en est pris également aux mouvements populistes, en plein essor en Europe, qu'il fustige régulièrement. "Les populistes lancent des slogans et nous, nous devons produire des solutions", s'est-il défendu.

M. Juncker a attribué la détérioration de la situation en Europe à une "polycrise" - un de ses leitmotivs - qui "embrase" le Vieux continent et au delà.